Les 10 livres qui vous ont marqué d’une façon ou d’une autre : mon top 10

top-10

Il tourne depuis quelques jours, quelques semaines, une chaîne, sorte de tag sur Facebook. Vos ami(e)s vous demandent de citer 10 livres qui vous ont marqué.

La régle est simple : Le jeu :

-Listez 10 livres qui vous ont marqué d’une façon ou d’une autre.

-Ne prenez pas plus que quelques minutes pour le faire, ne réfléchissez pas trop.

– Ce ne doit pas forcément être des « bons livres » ou des grandes œuvres, juste des livres qui vous ont touché.

-Taguez à votre tour 10 amis.

J’ai été nommé plusieurs fois les derniers week end. Et j’ai trouvé cela plutôt marrant.

J’ai tagué à mon tour 10 ami(e)s grand(e)s lecteurs zé lectrices , Mais vous aussi vous pouvez me répondre. Alors…
« A vous de jouer les zami(e)s j’ai hâte je vous connaître un peu plus à travers vos lectures.
Dis moi ce que tu lis je te dirais qui tu es ! 🙂 😉 »

Certain en jouer le jeu.

J’essairai  de vous faire profiter de leur réponses

Mais là du coup place à mes Favoris du moment :

 


)Camus, Albert

L’étranger

Gallimard Folio, n° 2
Récit intérieur de Meursault, employé de bureau anonyme pour les autres et pour lui-même, qui tue finalement de cinq balles un Algérien sur la plage de Tipaza à Alger.
Roman qui illustre le sentiment de l’absurde, mais tente de le dépasser. Le personnage de Meursault, qui se considère comme le bras involontaire du destin, revêt, au-delà du type psychologique qu’il incarne, une dimension philosophique évidente.

Avec Truman Capote et sans doute certains titres de Dostoïevski c’est ce qui m’a entraînée vers le roman noir.


))Capote, Truman
De sang-froid : récit véridique d’un meurtre multiple et de ses conséquences
Gallimard
Folio, n° 59
Deux bandits se font passer pour d’inoffensifs auto-stoppeurs, en quête d’un voyageur à détrousser, étrangler et abandonner dans le désert.

Avec l’étranger de Camus et sans doute certains titres de Dostoïevski c’est ce qui m’a entraînée vers le roman noir.


Ces deux premiers romans sont pour moi des incontournables, mes incontournables. Ils réapparaîtront à chaque foi, dans chacune de mes sélections. C’est comme cela !!!
________________________________________


kuuuuWright, Richard

Black Boy : jeunesse noire

Gallimard

Un roman autobiographique qui décrit les conditions de vie d’un petit enfant noir dans le Mississippi pendant les années 20.

Black Boy est l’un des premiers romans écrits par des noirs sur leurs conditions de vie. C’est pourquoi l’on considère souvent que son auteur a ouvert la voie aux autres écrivains noirs.

Black Boy est la lecture qui m’a marquée en 6e comme le Grand Meaulmes d’Alain-Fournier m’a troublée en 5e. Ce sont  les 2 romans de mes premières années collèges.


)))Gombrowicz, Witold
Les envoûtés
Stock
Nouveau cabinet cosmopolite
Un célèbre roman d’épouvante, fascinante rencontre de la mythologie gothique et du roman contemporain. Il s’en dégage l’existentialisme destructeur de Gombrowicz.

Que dire de Gombrowicz, difficile…Aussi lisez le ! J’ai eu ma période Gombrowicz comme j’ai eu ma période Kafka, Kundera…. C’est marrant parce que ces auteurs m’ont amenés aux Cent ans de solitude de Garcia Marquez, qui lui même m’a fait découvrir le chinois Mo Yan  puis le japonais Murakimi….


kuKundera, Milan

L’insoutenable légèreté de l’être

Gallimard

Plus que les autres romans de Kundera, celui-ci est un roman d’amour. Tereza est jalouse. Sa jalousie, domptée le jour, se réveille la nuit, déguisée en rêves qui sont en fait des poèmes sur la mort. Sur son long chemin, la jeune femme est accompagnée de son mari, Tomas, mi-don Juan, mi-Tristan, déchiré entre son amour pour elle et ses tentations libertines insurmontables. Le destin de Sabina, une des maîtresses de Tomas, étend le tissu du roman au monde entier. Intelligente, asentimentale, elle quitte Franz, son grand amour genevois, et court après sa liberté, d’Europe en Amérique, pour ne trouver à la fin que «l’insoutenable légèreté de l’être».

Un roman qui tend à démontrer qu’avant d’être oubliés, nous serons changés en kitsch. « Le kitsch, c’est la station de correspondance entre l’être et l’oubli. »



)))))Hélias, Pierre Jakez
La Nuit singulière
Ed. de Fallois
Ils sont sept qui se laissent aller à se raconter les uns aux autres des histoires insolites, durant une veillée annuelle qui se tient pendant la nuit du solstice d’hiver.

Je crois que c’est mon livre préféré…Mon livre de chevet et je sais même pas pourquoi.



)))))))))))))Lessing, Doris
Le cinquième enfant
Le Livre de poche
Le Livre de poche, n° 9703
Albin Michel
Harriet et David forment un couple idéal, tout à fait dans la norme. Mais ils engendrent Ben, un être hostile et inquiétant qui détruira progressivement l’harmonie familiale.
Un regard cruel et sans complaisance sur les relations familiales. Une histoire d’horreur au coeur du monde d’aujourd’hui.

J’ai choisi ce titre de Doris Lessing j’aurai pu en choisir un autre, des autres. Peut-être que j’aime le grain de folie de cette fantastique auteure.



))))))))Prévert, Jacques
Paroles
Gallimard
Folio, n° 762

Paroles d’une chanson, dont vers libres, prose oratoire, prose poétique et surprises de la langue donnent la mélodie, ce recueil de Prévert rassemble des textes, donnés par le poète comme on offre des fleurs, entre 1931 et 1945.

Un bouquin ( avec d’autres titres de poèsies d’Eluard, de Supervielles ou encore d’Apolinaire …) que j’ai traîné au fonds de mon sac toute ma scolarité de la 6e à la terminale. Et même à la fac !



)))))))))))))Waters, Sarah
Du bout des doigts
Denoël
Et d’ailleurs
A Londres à l’époque victorienne, Sue Trinder, orpheline, a été élevée par deux trafiquants d’enfants. A dix-huit ans elle fait la connaissance d’un escroc qui l’entraîne dans une étrange affaire. Sans qu’elle le sache son destin est lié à celui de Maud Lilly, jeune fille née dans un asile et élevée dans un manoir lugubre de la région. Une atmosphère mystérieuse sur fond de bibliophilie érotique.

Sarah Waters c’est un de mes coups de coeur de ces 10 dernières années…. J’ai adoré « Affinités », je vous en parlerez dans un prochain avis de lecture d’avant. Le premier de cette auteure que j’ai lu est Caresser le velours.


kuuuCaresser le velours

Waters, Sarah

10-18

Récit à la fois érotique et historique de Nancy, jeune vendeuse d’huîtres très amoureuse d’un dandy qui se révèle être une femme. Toutes les deux partent à Londres où elles deviennent célèbres grâce à leur duo de faux hommes. L’auteur offre une vision insolite des dernières années de l’Angleterre victorienne.

Plongée dans l’Angleterre qui condamna Oscar Wilde, Caresser le velours nous offre une vision clandestine et fascinante de cette fin de siècle qui préluda à la Belle Epoque. Et en conteuse mi-libertine, mi-sentimentale, Sarah Waters renoue avec la littérature de tentation et de plaisir.



))))))))))))))Zola, Émile
Les Rougon-Macquart : histoire naturelle et sociale d’une famille sous le second Empire
Omnibus
Cycle des Rougon-Macquart. Chaque roman est précédé d’une présentation permettant de situer les personnages, de préciser les faits marquants de son époque et de rendre compte de l’accueil à sa parution.

Je crois que c’est Zola et Maupassant qui ont forgé mon goût du roman social.



téléchargement (19)Merle, Robert
La mort est mon métier
Gallimard
Folio, n° 789.

« Le Reichsführer Himmler bougea la tête, et le bas de son visage s’éclaira…
– Le Führer, dit-il d’une voix nette, a ordonné la solution définitive du problème juif en Europe.
Il fit une pause et ajouta:
– Vous avez été choisi pour exécuter cette tâche.
Je le regardai. Il dit sèchement :
– Vous avez l’air effaré. Pourtant, l’idée d’en finir avec les Juifs n’est pas neuve.
– Nein, Herr Reichsführer. Je suis seulement étonné que ce soit moi qu’on ait choisi… ».

La mort est mon métier sont les pseudo-mémoires de Rudolf Höß. On rentre de plain pied dans l’horreur. C’est par cette fiction que j’ai découvert l’holocauste et je me suis plongée dans les récits, ceux de Primo Levi ( Si c’est un homme, La trève,…) ; Elie Wiesel (la nuit) ou Jorge Semprun (l’écriture ou la vie) .  Cela m’a fait lire Calvino, Hannah Arendt, Pirandelo, Giorgio Bassani, Imre Kertész, ‘Italo Svevo….


kuuSemprun, Jorge

 L’écriture ou la vie

Gallimard

Déporté à Buchenwald, membre d’un des réseaux anglais de résistance Buckmaster, devenu l’un des dirigeants des communistes espagnols du camp, Jorge Semprun est libéré par les troupes de Patton en 1945. Ce récit montre comment, avec l’aide d’une femme, et dans les tourments de l’écriture, il lui aura fallu quinze ans pour accepter la vie.



Du coup je pense que régulièrement je vous en proposerais d’autres, peut-être…Quelques sélections comme cela pour le plaisir, simplement !

Je pense même que j’essaierais de les faire thématiques.

Publicités

58 réflexions sur “Les 10 livres qui vous ont marqué d’une façon ou d’une autre : mon top 10

  1. Voici les 10 livres qui m’ont le plus marquée:
    – purgatoire des innocents giebel
    – charade loison
    -l’île des oubliés hislop
    – la vérité sur l’affaire Harry quevert dickens
    – ça King
    – De force giebel
    – séquestrée de cheveu Stevens
    – la maison d’à côté Gardner
    – dans les bois Coben
    -glacé minier

    Aimé par 1 personne

  2. Bonjour amie,
    en effet, voilà un défi bien intéressant…et plus compliqué qu’il n’y paraît, mais je vais jouer le jeu, simplement de mémoire…
    1) La trilogie Millenium.
    2) Le mystère Fulcanelli de Henri Loevenbruck.
    3) L’assomoir de Zola ( en fait toute la saga).
    4) Le club littéraire des amateurs d’épluchures de patates.
    5) La maison aux esprits d’Isabel Allende.
    6) Dracula de Bram Stoker.
    7) Madame Bovary.
    8) Canicule de Jane Harper.
    9) Meurtres à Gotland.
    10) L’amie prodigieuse d’Elena Ferrante.
    Ils ne sont pas classés dans l’ordre de mes préférences; j’avoue que je lis tellement de livres qu’il m’est difficile de répondre comme ça à brûle-pourpoint.

    Aimé par 1 personne

  3. Certains de ces romans m’ont aussi marquée, mais ma mémoire étant ce qu’elle est, c’est à peine si je me souviens pourquoi ils m’ont marquée…
    J’ai prévu de relire « Caresser le velours » cette année, et à long terme, je relirai aussi Camus, etc.
    Je n’ai pas lu ce roman de Doris Lessing, mais il me tente bien 🙂

    Aimé par 1 personne

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s