Suicide cellulaire de David Moitet

la-chronique-deppy-fanny
 dmjpg Le livre : Suicide cellulaire de David Moitet. Paru le 14 février 2013 chez Pocket dans la collection Pocket Thriller.  6€95 ; (347 p.) ; 18 x 11 cm

4e de couv : 

Thomas Gallion n’est pas fait pour ça. Exilé dans un petit village des Pyrénées suite à un «dérapage», cet ancien capitaine de la brigade criminelle s’acquitte difficilement de sa nouvelle mission : résoudre les conflits de voisinage.

Heureusement, la montagne a encore quelques secrets à livrer : une randonneuse tombe sur un cadavre en lambeaux, et c’est une véritable enquête qui commence. Tandis qu’une peur vieille de vingt-cinq ans se répand à nouveau en ville, l’inspecteur Gallion va retrouver sa véritable nature.

 

dmzL’auteur : David Moitet  est né au Mans le 19 décembre 1977.  Il est enseignant, professeur d’EPS, marié, et père de trois jeunes enfants. Il avoue avoir la chance d’habiter un petit village paisible dans la Sarthe, en bordure de forêt. Il découvre sa vocation d’écrivain en 1999, encore étudiant, à l’occasion d’un exercice de création demandé par un professeur de français. Son aventure littéraire débute par la parution de quatre romans policiers. Très vite, il se trouve à l’étroit sur Terre et décide d’explorer la galaxie avec sa trilogie intitulée Les Mondes de l’Alliance. il est l’auteur de plusieurs thrillers à succès. Apoptose a été Coup de coeur du prix VSD du Polar. L’homme aux papillons a obtenu le Prix Femme Actuelle.

Extrait :
Prologue
Ne t’arrête pas, ne t’arrête pas… répétait-elle en boucle.
Ignorer la douleur. Mettre un pied devant l’autre, sans faiblir. La liberté était à ce prix. Elle serra les dents, défiant les vagues de souffrance et d’épuisement qui tentaient de la submerger.
Des larmes qu’elle ne sentait même plus couler avaient tracé leur sillon sur ses joues poussiéreuses. Pourtant, ses prunelles bleues étaient animées d’un éclat que rien ne pouvait ternir : celui de l’espoir. L’espoir indicible qui gonflait dans son cœur à chaque mètre parcouru en direction de la vallée. Si elle n’avait pas eu si mal, elle aurait pu se croire en plein rêve.
Pour la centième fois, son pied glissa sur une pierre tranchante. Elle étouffa un cri tout en grimaçant, mais s’interdit de ralentir. Une traînée sanglante s’étirait dans le sillage de ses pieds nus, le long du sentier rocailleux sur lequel elle avait fini par aboutir…
Elle plissa les paupières, cherchant désespérément à percer l’obscurité pour se repérer au cœur de ces montagnes sauvages. Mais la lune, avare, n’offrait qu’un mince croissant fantomatique, et la jeune femme ne distinguait qu’une lueur lointaine en provenance du fond de la vallée. Plusieurs kilomètres, à n’en pas douter.
Elle puisa dans ses dernières réserves et se força à continuer. Le simple fait de respirer l’air frais et de voir le ciel chargé de nuages lui redonnait courage. En tentant de comptabiliser les années durant lesquelles elle avait été privée de cette chance, elle fut prise d’un léger vertige.
Soudain, un craquement dans les buissons la tira de ses réflexions. Elle se tourna vivement vers le bosquet, une lueur de terreur au fond des yeux. Mais elle ne vit rien.
Un animal… Ce doit être un animal… essaya-t-elle de se convaincre en accélérant néanmoins le pas.
Elle ne tentait même plus d’éviter les pierres. Ses pieds, réduits à l’état d’amas de chairs ensanglantés, envoyaient avec une atroce régularité des décharges de douleur jusqu’en haut de ses mollets. Dans sa précipitation, elle trébucha et tomba lourdement au sol, s’écorchant les mains et les genoux.
Un autre craquement retentit. Plus proche. Dangereusement proche.
Elle se releva et se mit à courir aussi vite qu’elle le pouvait.
Se superposant aux sons des éboulements de roches provoqués par sa fuite désespérée, une autre mélodie, caractéristique, mit fin à ses derniers doutes : le bruit régulier d’une respiration saccadée.
On la poursuivait…
Ou plutôt, il la poursuivait.
— Au secours ! hurla-t-elle. Aidez-moi !

cm16

Le résumé et l’avis d’Eppy Fanny

Un autre auteur rencontré à SMEP, avec qui nous avons échangé sur l’importance de certains professeurs côtoyés dans nos vies respectives. De fil en aiguille j’ai eu envie de découvrir son univers.

L’histoire :

Saint Lary Soulau, petite ville tranquille des Pyrénées. Sa police municipale avec à sa tête Thomas galion. Cet ancien Capitaine de la Brigade Criminelle, en disgrâce, a du mal à se faire à cette nouvelle vie. Ou lorsqu’un vol de poireaux est l’affaire la plus importante de la semaine …

Seule lumière à l’horizon, Maria Fernandez, Chef de Brigade de la Gendarmerie pour qui il a des sentiments.

La découverte d’un cadavre de femme par une randonneuse va lui permettre de renouer avec une enquête digne de ce nom. Enquête confiée officieusement par le Colonel Maducan, qui connait son passé et ses capacités.

dmaCette enquête va entraîner Thomas dans le passé et il va devoir comprendre des disparitions vieilles de 25 ans pour élucider l’affaire en cours. Disparitions que Maducan était en charge de résoudre à l’époque. Pourquoi et comment tous les documents concernant cette vieille affaire ont disparus ? Que cache l’incendie des archives de la gendarmerie ? Le passé va remonter doucement à la surface grâce à l’aide précieuse d’un libraire qui va aider activement Thomas dans sa quête. D’autant que Maria a disparu et que le temps est compté.

De plus que signifient les incohérences apparues lors de l’autopsie de la victime ? 25 ans, 50 ans ? Mais qui est-elle et quel âge a-t-elle ? Cette anomalie serait-elle liée à un médecin dont la commission d’éthique a stoppé les travaux il y a de nombreuses années et qui a disparu des radars ?

Alexandre fait appel à ses anciens amis pour tenter de résoudre cette affaire.

L’enquête mettra à jour un laboratoire secret. Les coupables seront identifiés, le passé rattrapera Maducan, Maria sera retrouvée. Mais les responsables ont-ils tous étaient identifiés et punis ?

L’histoire est très bien construite. L’idée de David Moitet est excellente.

L’écriture est agréable. Les personnages sont complets et intéressants. Le dénouement en partie inattendu.

Les sentiments de Thomas pour Maria sont présents. Trop ? Ce point m’a un peu freiné dans ma lecture, mais c’est personnel. Cela n’enlève rien à la qualité du récit qui est excellente.

C’est un polar.

Pas un polar noir.

Mais une fois encore c’est mon ressenti.

Je vous conseille donc de vous faire votre propre avis.

Publicités

22 réflexions sur “Suicide cellulaire de David Moitet

  1. Mais pourquoi viens-je lire ses coups de coeur, moi ??? C’est un truc à faire monter la wish-list et papa nowel ne va jamais arriver à m’apporter tout cela…. 😛

    « Suicide cellulaire »…. « suicide GSM » ou « suicide Smartphone » aurait moins bien donné…

    Non, non, pas de soucis, je sors de suite !

    Aimé par 1 personne

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s