Mélancolie des corbeaux de Sébastien Rutés

 

mes-petites-lectures (1)

9782742799077,0-1241984Le livre : Mélancolie des corbeaux de Sébastien Rutés. Paru le 5 octobre 2011 chez Actes Sud dans la collection Actes noirs. 19€30. ; (239 p.) ; 22 x 14 cm

9782330051266,0-2629108Réédité en poche chez Babel dans la collection Babel Noir

 le 6 mai 2015pour 7€70 et. (228 p.) ; 18 x 11 cm

4e de couv :

Au parc Montsouris, le long des pentes de la voie ferrée désaffectée, Karka le Corbeau freux vit en ermite dans un arbre. Dédaigneux des Pies bavardes et des Canards cancaniers, ses voisins, il coule des jours mélancoliques à contempler le passage des nuages et la vie sur les rives du bassin, depuis qu’autrefois son aile fut brisée par un Epervier. Aux questions amères que lui inspire son destin il ne trouve pas d’autres réponses que celles que lui dicte l’instinct, dont il ne se satisfait guère. Animal marginal, il ressasse en solitaire sa nostalgie des forêts jusqu’au jour où les Mouettes colportent au parc la rumeur de la disparition des bêtes du bois de Boulogne et que Krarok, le Grand Corbeau du Conseil des animaux de Paris, se résout enfin à le faire mander, après toutes ces années. Dans la charpente de Notre-Dame, où Krarok tient audience sous l’Aigle mystique de saint Jean, ont lieu les retrouvailles et la révélation : des Lions rôderaient dans les bois de Paris ! Avant qu’ils ne s’en prennent aux Humains, Karka, l’ancien messager oublié des conseillers, doit mener l’enquête avec une Tourterelle imbue de sa blancheur, une séduisante Corneille et un fantasque Toucan qu’il a libéré de sa cage…

Avec Mélancolie des corbeaux, son premier roman à paraître dans la collection « Actes noirs », Sébastien Rutés compose une variation étrange et envoûtante sur le roman d’investigation, à mi-chemin entre la fable animalière et le conte philosophique.

 

677467L’auteur :

Maître de conférences, Sébastien Rutés enseigne la littérature latino-américaine. Spécialiste des genres, il a publié de nombreux articles universitaires sur le roman policier hispano-américain et un essai consacré au Mexicain Paco Ignacio Taibo II. Il est l’auteur de plusieurs nouvelles, en espagnol et en français, et de deux romans publiés aux éditions L’Atinoir : Le Linceul du vieux monde (2008) et La Loi de l’Ouest (2009).

Extrait :
La nuit était tombée depuis longtemps lorsque les premiers bruits m’éveillèrent. Craquements des branches, halètements et grognements : les Chiens arrivèrent les premiers. Du moins fut-ce ce que je crus en m’éveillant mais des salutations susurrées me détrompèrent : bruissements et couinements, les Rats secrets les avaient devancés. J’imaginai Ruff le Savant, le Setter roux au poil grisonnant, s’asseyant pour discuter en vieil ami avec Tssis, le maître des Rats, si gros sur sa souche qu’on aurait pu le prendre pour un petit Chien. Plus loin sans doute, Boj IV, le Beauceron aux bas rouges, organisait-il la garde rapprochée des Beagles, ces Chiens de chasse qui n’étaient pas les plus dangereux mais ne perdaient jamais une piste. Le troisième conseiller canin était un Labrador que je ne connaissais pas plus que les autres Rats. Leur longévité ne dépassant pas les trois ans, ces derniers succédaient au Conseil à un rythme qui ne permettait à aucun d’y laisser la moindre trace, à l’exception notable de l’inusable Tssis.

lecture-d_avant

Résumé et petit avis

 

e87fe5_f9e9dd0f01a1f94b8ad0646b8880addaMystérieusement échappés d’une ménagerie, des lions menacent de semer la terreur dans Paris. Le Conseil des animaux fait appel à Karka, un vieux corbeau spécialiste des affaires délicates.

Mélancolie des corbeaux est un vrai polar noir, dans lequel l’auteur distille subtilement des problématiques sociales et politiques. La xénophobie, le racisme, l’individualisme, l’assistanat et même l’écologie, sont au coeur du roman.

C’est un livre qui réjouit et donne envie de se remettre à la lecture. Il est passionnant aussi pour cela.

Sébastien Rutes nous offre là une fable noire époustouflante. Fable contemporaine qui au fonds de moi à fait résonner un  autre souvenir de lecture. Il émane de ce titre de Sébastien Rutes, une humanité et une sensibilité qui n’est pas sans me rappeler celles du regretté Clifford D. Simak.

Tiens pour la peine je m’en vais relire Demain les chiens.

Mais vous, ne passez pas à coté de cette Mélancolie des corbeaux, c’est vraiment un conte moderne qui, par les temps qui cours,  fait un bien fou !

« Je connais la nature animale. J’ai trop souvent vu la peur dans nos yeux pour ne pas la reconnaître. Elle nous accompagne : un collet, un piège, une piqûre, une flèche, un hameçon, une nasse, du poison, un fusil…La peur !
Notre destin s’appelle l’Humain : nous avons peur ! »

Lire le début ICI

Publicités

3 réflexions sur “Mélancolie des corbeaux de Sébastien Rutés

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s