Le peuple des invisibles de Stef Penney

 $$9782919066186,0-2492562 Le peuple des invisibles de Stef Penney . Traduit de l’anglais (Ecosse) par Pascale Haas.Paru le 7 février 2013 chez Belfond. 22€ ; (456 p.) ; 23 x 14 cm

 

Quatrième de couverture

Ray Lovell, détective privé, s’interroge : que fait-il dans cet hôpital ? Pourquoi cette amnésie, ces hallucinations ? Et si l’accident de voiture dont il a été victime était lié à son enquête ?

Peu de temps auparavant, Leon, un gipsy, a fait appel à lui pour retrouver sa fille, Rose, disparue depuis sept ans. L’homme ne s’est pas adressé à Lovell par hasard : ses origines tziganes font de ce dernier la personne idéale pour éclaircir l’affaire.

Mariée au taciturne Ivo Janko, mère d’un petit garçon atteint d’une étrange maladie, Rose aurait tout abandonné pour suivre un gadjo. Mais où se cache-t-elle ? Pourquoi ce mutisme du clan ? Quels secrets la jeune femme a-t-elle emportés avec elle ?

Car une malédiction pèse sur les Janko, terrible, inavouable, qui menace désormais Lovell. À moins que quelqu’un ne trouve le courage de briser la loi du silence…

stef penneyL’auteur : Stef Penney est née  en 1969 à Édimbourg  et elle a grandi en Écosse.

Après un diplôme de philosophie et de théologie à l’université de Bristol, elle entreprend des études de cinéma au Bournemouth College of Art. Elle a déjà écrit et réalisé deux films. Le peuple des invisibles est son second roman.

Citation :
J’aime bien le bruit que fait la pluie sur le toit – moins fort que dans la caravane. Et puis ici, au moins, on continue à entendre les bruits de l’extérieur. Comme le renard qui glapit dans la nuit. J’ai toujours aimé le cri des renards. Ils sont si tristes, si désespérés.

Mes petites lectures

Résumé et petit avis :

Ray Lovell, détective de son état, se trouve dans une chambre d’hôpital et s’interroge sur son amnésie et ses étranges hallucinations. L’accident de voiture dont il a été victime aurait un lien avec l’enquête qu’il mène : un Gypsie, Leon Wood, est venu quelque temps avant lui demander de retrouver sa fille Rose, disparue depuis 7 ans.

Après le formidable succès de La Tendresse des loups, récompensé du prestigieux Costa Book Award, Stef Penney nous emporte à la rencontre des tziganes, des gipsies d’Angleterre. Des liens et des secrets qui soudent les familles, de la fascination qu’ils provoquent et des légendes qui les entourent…

Roman où deux voix se mêlent, et qui qui rendent la lecture agréable. Une bonne intrigue et une fin qu’on n’attend pas complète le tableau de cette belle découverte qui confirme tout le talent de l’auteur.

Un mariage arrangé. Une jeune femme qui disparaît. Et une famille bien décidée à garder ses secrets… Conteuse extraordinaire, Stef Penney,  livre ici une histoire fascinante, nimbée de mystère et d’émotion brute.

Extrait : « Ces faits, vous devez les transformer en preuves – j’entends par là des documents attestés, des photos, des films, des autopsies, une confession et, en dernier recours, des témoins experts. C’est ainsi que j’ai appris à procéder en tant qu’enquêteur. La spéculation et le sentiment n’ont pas leur place dans ce travail. Le tangible, le rationnel, l’explicable : c’est ainsi qu’il faut penser. « 
Publicités

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s