Le sang de l’hermine de Michèle Barrière

 

   Le livre : Les aventures de MB1Quentin du Mesnil, maître d’hôtel à la cour de François Ier : Le sang de l’hermine : roman noir  de Michèle Barrière. Paru le 2 novembre 2011 chez Lattes. 18€30; (301 p.) ; 21 x 14 cm


MBRéédité en poche  le 27 février 2013 au Livre de poche dans la collection Policier.  7€10 ; (332 p.) ; 18 x 11 cm

4e de couv : 

Quentin du Mesnil profite de quelques jours en Normandie dans sa famille. Une parenthèse bien méritée, car la vie à la cour d’Amboise n’est pas de tout repos pour ce compagnon d’enfance et maître d’hôtel de François Ier ! Mais son répit est de courte durée, car François, ce jeune roi de vingt-deux ans, ambitieux et impétueux, a déjà une nouvelle responsabilité à lui confier.

Chambord n’est encore qu’un rêve, une folie de souverain – une dépense inutile, disent certains -, mais le vainqueur de Marignan est décidé : Chambord sera. Et Quentin en prendra les rênes… à condition qu’il aille d’abord chercher Léonard de Vinci en Italie ! Une mission en apparence des plus innocentes. Mais le vieil homme pourrait être plus encombrant qu’il n’y paraît. Surtout si ses ennemis ont juré sa perte…

AVT_Michele-Barriere_5588L’auteur : Née à Nevers le 22/02/1953, Michèle Barrière fait des études d’histoire à Paris et commence à militer et travailler dans diverses associations environnementales, comme « Les Amis de la Terre ». Elle participe avec enthousiasme aux actions menées alors dans le milieu des années soixante-dix. Déçue par le mouvement des Verts, en 1984 elle intègre le Comité International de liaison pour l’environnement et part pour l’Afrique.Elle continue son action en Asie, en Amérique latine, puis au bout d’une dizaine d’années repose ses valises en France.

Historienne de la gastronomie, en 2006 elle fait paraître Meurtres à la Pomme d’Or sous-titré roman noir et gastronomique au temps de la Renaissance.

« Écrire des polars historiques et culinaires, c’est vivre entre son ordinateur et ses plaques de cuisson, la tête dans les textes anciens et les mains dans la pâte à tarte. » Historienne de l’alimentation, écologiste de la première heure, Michèle Barrière s’est consacrée à la défense des races animales et des légumes dits oubliés.

Elle a débuté à écrire en 2004 le récit de la dynastie Savoisy. Avec Le sang de l’hermine en 2011 et De sang et d’or en 2012, débute une nouvelle saga, celle du maître d’hôtel de François 1er. 

Ses polars historiques retracent l’histoire et l’évolution de la cuisine et des manières de table. Un cahier de recettes d’époque, facilement réalisables, accompagne chaque livre.

 Extrait : 

Quentin repensa à tout ce qu’il avait vu l’année précédente en Italie. A Milan, puis à Bologne où ils s’étaient rendus à l’invitation du pape, les banquets somptueux s’étaient succédé. Jamais il n’avait connu une telle variété de mets délicats, servis dans des assiettes individuelles, et non ces grossiers tranchoirs faits d’une planche de bois sur laquelle on posait un morceau de pain qui absorbait le jus des viandes. Les verres étaient d’une telle finesse qu’on osait à peine les prendre en main.
Pour l’honneur du roi et de la France, il fallait s’employer à égaler, voire surpasser le savoir-faire des Italiens.
(…)
« L’art du cuisinier doit surprendre l’esprit et satisfaire les sens, susciter stupeur et admiration, allégresse et fascination.Le banquet doit être céleste.On doit avoir l’impression de festoyer avec les anges. »

Résumé et avis :

J’ai découvert Michèle Barrière avec une première saga historique autour d’une grande famille de cuisinier, les Savoisy. Avec cette « Dynastie Savoisy », elle va nous faire revivre l’histoire de France à travers les époques. Du 14e au 20e siècle, les Savoisy vont nous accompagner dans une série de polar gastronomiques tous plus savoureux les uns que les autres.

Alors quand Mme Barrière s’est lancée dans une nouvelle saga, je n’ai pu résister son appel. J’ai englouti ce nouveau titre avec avidité et plaisir.

Et comme un plaisir, surtout un plaisir de la table ne se déguste pas seul et surtout se partage, j’ai eu la chance de recevoir Michèle Barrière pour un extraordinaire Apéro Polar. Vous pouvez en avoir un aperçu ICI.

Aller, je vous laisse déguster aussi, ce premier volet des aventures de Quentin du Mesnil, maître d’hôtel à la cour de François Ier. Et goûter au Sang de l’hermine :

Rien n’est trop beau pour le royaume de France. Rejeté de Rome, où Raphaël a pris sa place, de Florence, où c’est Michel-Ange qui règne, Léonard de Vinci a répondu à l’invitation de François Ier de se rendre à sa cour. Toutefois, méfiant (c’est qu’on a vu souvent Léonard faire faux bond à ses mécènes), le monarque mandate un de ses fidèles pour lui servir d’escorte. Quentin du Mesnil, compagnon d’enfance et  futur maître d’hôtel de François Ier, se voit confier cette mission des plus innocentes.

En échange de ses bons et loyaux services, le jeune hobereau normand, se verra confier les rênes du chantier de Chambord où le monarque rêve d’élever un château digne de lui.

Mais le jeune homme, qui ne pense qu’à révolutionner les manières de table héritées du Moyen Âge, pour mieux servir son maître, est bien loin de se douter que le vieillard pourrait être plus encombrant qu’il n’y paraît. Et si Léonard de Vinci, qui a accepté l’invitation du roi, jusqu’à Amboise, le peintre se montre plutôt réticent à l’idée de partir, d’autant plus que certains semblent en vouloir à sa vie. Surtout si ses ennemis ont juré sa perte…

Dans Le Sang de l’hermine, premier opus d’une nouvelle fresque historique, Michèle Barrière nous plonge dans les glorieux débuts du XVIe siècle. Entre les intrigues politiques et fêtes royales, l’auteur nous fait savourer les débuts du règne du futur grand François 1er en y mêlant toujours, ses ingrédients favoris, sauces, tartes, rôtis, poissons et pâtés d’époque.

Si vous êtes coutumiers des livres de Michèle Barrière, vous savez déjà que ces livres se concluent par quelques savoureuses recettes tirées de livres d’époque.

Et…Revoir l’histoire de France à travers le petit bout de la lorgnette est une sacré gageure et Michel Barrière y réussit particulièrement bien

Alors qui mieux que Michèle Barrière pour vous parler de cette nouvelle série.

Vous pourrez aussi retrouver les autres titres de cette nouvelle saga à Saint Paur en Poche.
En Poche justement :  les deux aventures suivantes
mb&jpg

De sang et d’or

Juin 1520. François Ier et Henri VIII s’apprêtent à signer un traité de paix au camp du Drap d’or, près de Calais. Pour Quentin du Mesnil, le maître d’hôtel de François Ier dont nous avons fait la connaissance dans Le Sang de l’hermine, c’est l’occasion rêvée pour briller lors des fêtes et des festins.

Pourtant, le climat reste tendu entre Français et Anglais, un rien mettrait le feu aux poudres. Et les occasions ne manquent pas : meurtres étranges, disparitions de victuailles côté français et… visite de Charles Quint à Henri VIII, juste avant sa rencontre avec François Ier. Thomas More, conseiller du roi d’Angleterre, semble jouer un rôle dans tous ces événements. Au fil des découvertes macabres, plus de doute pour Quentin : c’est bien son livre, L’Utopie, qui guide la main assassine.

De sang et d’or ne déroge pas à la règle des romans de Michèle Barrière : enquête policière, histoire et gastronomie y font bon ménage.

mb&&

Fin février 1525. L’armée de François Ier est écrasée par celle de Charles Quint à Pavie. Le roi est fait prisonnier et envoyé en captivité à Madrid. Sa soeur, Marguerite d’Alençon, est chargée d’obtenir sa libération. Elle demande à Quentin du Mesnil, qui vient de fêter ses fiançailles avec la ravissante Alicia, de l’accompagner en Espagne.

À leur arrivée à la cour de l’empereur, les jeunes gens découvrent que François est mourant. Tandis que Marguerite négocie, Quentin, avec la complicité d’un médecin juif et d’un apothicaire musulman, recrée autour de son royal ami un univers gastronomique digne des Mille et Une Nuits. Hélas, les dangers se multiplient. Pour sauver le royaume de France, il faut sans tarder organiser l’évasion du roi… Une nouvelle fois, Michèle Barrière réussit son pari : elle parvient avec bonheur à mêler érudition historique, frissons et délices du palais.

Toujours en grand Format

MB4Valence, août 1536. Tandis que la guerre fait rage entre François Ier et Charles Quint, le jeune dauphin François meurt brutalement. Épidémie ? Empoisonnement ? Les rumeurs vont bon train. Lorsque son échanson se voit accusé d’avoir versé de l’arsenic dans le verre du Dauphin, Quentin est obligé de défendre l’honneur de son ami. Mais qui pourrait convaincre le roi que son fils n’a pas été assassiné ? Il faudrait pour cela un médecin de génie, un esprit libre, pourfendeur de l’injustice : Rabelais, bien sûr.

Mais l’époque n’est guère tendre avec les empoisonneurs, et le temps presse si Quentin ne veut pas voir son ami écartelé en place publique…

Paru directement en poche pour SMEP. La toute dernière enquête des Savoisy !

MB2

Qui en veut à Eugénie Brazier, la célèbre chef lyonnaise qui, en cette année 1933, vient d’obtenir deux fois trois étoiles pour chacun de ses restaurants ? Malheureux hasards, plaisanteries de mauvais goût ? On peut le penser, jusqu’à la mort d’un cuisinier et la tentative d’empoisonnement d’Édouard Herriot, le maire de Lyon. Bien malgré lui, Adrien Savoisy va mener l’enquête. Rongé par l’inquiétude pour sa compagne Rebecca, retenue dans une prison du nouveau chancelier d’Allemagne, Adolf Hitler, il n’a guère la tête à la bonne chère.

Entraîné par une jeune cuisinière issue de la communauté arménienne de Lyon et un éminent criminologue, gastronome averti, il va, malgré tout, se lancer aux trousses du coupable.

Volaille demi-deuil, poulet à la crème aux morilles, filet de charolais Rossini, langouste belle aurore et autres quenelles au gratin vont être au coeur de leurs investigations dans la «capitale de la gastronomie».

Publicités

4 réflexions sur “Le sang de l’hermine de Michèle Barrière

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s