L’attentat : BD de Loïc Dauvillier et de Glen Chapron d’après Yasmina Khadra

9782723482547,0-1393444Le livre : L’attentat : scénario Loïc Dauvillier d’après le roman de Yasmina Khadra, dessin Glen Chapron.  Paru le 5 septembre 2012 chez Glénat. 25€50 ; (160 p.) ; illustrations en couleur ; 30 x 22 cm

 Les auteurs :

images

Le dessinateur : Glen Chapron est né le 21 Février 1982 en Bretagne, près des Monts d’Arrée, diplomé de l’atelier de gravure de l’ecole Estienne et de l’atelier d’illustration des Arts décoratifs de Strasbourg…Il vit et travaille à présent à Nantes où il navigue entre illustration jeunesse et bande dessinée.

220PX-~1 (2)Le scénariste : Loïc Dauvillier est avant tout un passionné du livre. Son parcours commence en qualité de lecteur à la bibliothèque municipale de Mouy, dans l’Oise. Il y découvre Petzi, Johan et Pirlouit, Chlorophylle… et un milliard de merveilles. Sa carte de bibliothèque, c’est plus important que sa carte d’identité. C’est son passeport à lui. Aujourd’hui, il vit en Gironde. Il a son passeport à la médiathèque de Bordeaux. Il continue de jouer avec  ses amis. La dernière fois, on lui a dit « Hé ! Loïc ! Pas cap’ de faire un dessin animé ! »…

L’histoire et mon petit avis.

Dans un restaurant bondé de Tel-Aviv, une femme fait exploser la bombe qu’elle dissimulait sous sa robe de grossesse.

Toute la journée, le docteur Amine, Israëlien d’origine arabe, opère à la chaîne les innombrables victimes de cet attentat atroce. Il a toujours refusé de prendre parti dans le conflit qui oppose son peuple d’origine à son peuple d’adoption et s’est consacré à son métier et à sa femme Sihem.

Au milieu de la nuit, on le rappelle d’urgence à l’hôpital pour lui apprendre sans ménagement que la kamikaze est sa propre femme. Son ami Naveed, policier, lui confirme que Sihem a été tuée et qu’elle est soupçonnée d’être la kamikaze.

Dés lors Amine tente de comprendre ce qui l’a conduite à cette décision.

Car Amine et sa femme sont de nationalité Israélienne, même s’ils sont  Arabe de naissance. A Tel-Aviv, Amine est un chirurgien renommé. Amine et Sihem ont une vie dorée. Amine adore son épouse depuis 15 ans. Comment a-t-elle pu se fait exploser dans un restaurant bondé, tuant 17 personnes.  Amine refuse d’y croire. Pourtant c’est la vérité, sa femme était une kamikaze.

L’attentat, c’est la quête de cet individu, anéanti, à la recherche d’un pourquoi qui dépasse les mots de la langue humaine. S’il est brisé par cette révélation, il va devoir se confronter à une réalité qu’il avait refusé de voir, lui, l’arabe si bien intégré du bon coté du mur.

Il fallait l’audace rare de Yasmina Khadra pour oser aborder un tel sujet. Comme dans ce roman extraordinaire, on retrouve dans cette bande dessinée toute la générosité et l’humaniste qui se dégage de l’écriture de Khadra.

La mise en image est sublime et tout en pudeur. J’y est retrouvé les images que j’avais moi même imaginé lors de la lecture du roman. C’est sans doute pour cela que j’ai réussi à la lire d’une traite sans m’emmêler les pinceaux.

Ah oui, je ne vous ai pas dit. J’ai vraiment du mal à lire des bandes dessinées. Et oui la double lecture ne trouble. Elle me gêne ! Je n’arrive pas à assembler les illustration et les bulles. Soit je lis les dernières, soit je regarde les planches de dessin. Et oui, le dessin m’évoque une histoire que je réinvente. Le texte créer mes propres images de l’histoire. peut-être mon coté dyslexique qui reprend le dessus. Bref j’ai vraiment du mal à me plonger et me concentrer dans la lecture d’une BD.

Mais là, j’ai été prise et par les illustrations et par les mots des bulles que j’ai réussi à lire dans le bonne ordre. Peut-être était ce parce que je connaissais déjà l’histoire et que j’avais lu le livre. Je ne sais pas. Mais ce qui est sur, c’est que le dessin de Charpon est sobre, clair, frappant et que les dialogues de Dauvillier sont juste parfaitement choisis et magnifiquement parlants.

Cette justesse fait de cette adaptation une histoire vibrante et réaliste et un récit profondément bouleversant. Une vrai belle réussite.

Mais voyez plutôt  vous allez tout de suite vous faire une idée. 71erVWneV+L._SL1087_ 71hXPJP-mqL._SL1087_ 71rpK-mrQ9L._SL1087_ (2)

6a0133f3c0e2ec970b019b0052cff0970c attentat_35 attentat_61

Et n’oubliez pas, vous pouvez lire ou relire ce petit chef d’oeuvre.

9782260016939,0-268247L’attentat  de Yasmina Khadra. Paru le 18 août 2005 chez Julliard. 18€50 ; (268 p.) ; 21 x 14 cm

9782266204972,0-1199457Réédité en poche chez Pocket le 20 janvier 2011. 7€40 ; (245 p.) ; 18 x 11 cm.

 


Publicités

7 réflexions sur “L’attentat : BD de Loïc Dauvillier et de Glen Chapron d’après Yasmina Khadra

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s