Le Français de Roseville de Ahmed Tiab : Le petit conseil d’Isabelle

chronique-de-lecteurs

FRLe livre: Le Français de Roseville de  Ahmed Tiab. Paru le 8 janvier 2016 aux Ed. de l’aube dans la collection L’Aube Noire. 18,90 euro ; (245 p.) ; illustrations en noir et blanc, cartes ; 23 x 15 cm

4e de couv:

Oran, Algérie. Le commissaire Kémal Fadil est appelé sur un chantier de rénovation du quartier de la Marine, où viennent d’être retrouvés des restes humains datant vraisemblablement des années 1960. Il semble qu’il s’agisse d’un enfant qui portait autour du cou un crucifix. L’enquête ne s’annonce pas simple ! En réalité, elle avait été commencée bien plus tôt, menée par des policiers français… Cinquante ans plus tard, la vérité historique est toujours aussi compliquée à dire.

Ahmed Tiab nous propose une immersion dans l’Algérie d’avant l’Indépendance, mais aussi dans l’Oran d’aujourd’hui, et conduira son enquêteur jusqu’à Marseille.

Cette série est une belle découverte, efficace et prometteuse.

FR&L’auteur : Ahmed Tiab né à Oran (Algérie) en 1965, vit et enseigne aujourd’hui à Nyons, en France, depuis le début des années 1990. Le Français de Roseville est son premier roman.
Extrait :
« Tu as l’air très préoccupé par cette affaire, reprend Léla en s’adressant à Kemal ; pourtant il y aurait prescription vu que les ossements paraissent anciens. Tu as plus à faire avec les morts récentes ou les vivants qu’avec les fossiles, tu ne trouves pas ?
– Oui, je sais, mais ce ne sont pas des fossiles, Maman. Moss est à peu près sûr maintenant : la mort date du début des années soixante. Je trouve que ce n’est pas banal d’exhumer des restes humains en plein centre-ville aujourd’hui dans un pays comme le nôtre.
– Pourquoi pas, finalement
– Mais… Tu imagines la question historique et les enjeux politiques que ça sous-tend ? Et puis il y a le point de vue religieux de l’affaire.
– Ah, nous y voilà ! J’imagine qu’un de tes bigots de chefs t’a donné l’ordre de traiter l’affaire avec doigté pour ne pas choquer nos chers compatriotes islamisés de frais.
– Maman, arrête avec ça ! Personne ne m’a rien demandé. De toute façon, on a pas les moyens adéquats poue ce genre d’enquêtes. Les trucs de séries américaines ne fonctionnent pas chez nous ; les analyses ADN, ici, on les fait à l’oeil nu. Nous sommes des experts en approximations, des pros de l’à-peu-près. Seules des techniques de police scientifique avancées, que nous ne possédons pas encore, permettraient de retrouver les propriétaires de ces ossements. Pour le moment, on est plus près des tiroirs marqués « oubliettes » que d’un début d’enquête sérieuse. »

Collectif Isabelle

Résumé et avis d’Isabelle

Oran, 2013 : des restes humains, dont ceux d’un enfant portant un crucifix en or, sont retrouvés dans le quartier de la Marine. Il semble qu’ils soient enterrés là depuis le début des années 1960 et qu’une enquête ait été commencée à leur sujet avant l’indépendance de l’Algérie par des policiers français, parmi lesquels Arthur Guillot, un Breton installé à Oran. Premier roman.

Hello Geneviève ! je ne suis pas très douée pour parler des livres que je lis, je les aime un peu beaucoup ou à la folie . Bon, je n’ai pas encore fini celui-ci mais pour l’instant, j’adore ! très bien écrit, avec une construction originale qui passe d’un protagoniste à l’autre avec la première personne pour le tueur et la troisième pour les autres, on suit les protagonistes dans leur vie et leurs réflexions tout au long de paragraphes dont le ton change selon le personnage. Impossible de ne pas accrocher dès la première page d’autant plus que nous connaissons le tueur d’entrée de jeu !

Allez…Je me replonge dans les rues tourmentées de la ville rose….

ça y est ! je l’ai fini ! Et je le regrette car je me suis régalée !

Je confirme mes premières impressions !

Personnages atypiques que l’on suit tout au long des pages et qui s’entrechoquent à la fin, un tueur en série que nous avons l’impression d’accompagner totalement ! et surtout, un rythme, un vocabulaire et un ton qui changent chaque fois que nous passons d’un personnage à l’autre !

 « Le Français de Roseville » d’Ahmed TIAB, un petit bijou de « calmitude » simple, efficace, offrant le voyage dans les années 60 en Algérie.

Publicités

6 réflexions sur “Le Français de Roseville de Ahmed Tiab : Le petit conseil d’Isabelle

    • Tu le sais, miss Stelphique, j’adore les premiers romans. Et là la découverte fut belle. Alors forcément, je me sens obligé de vous proposé un petit quelque chose. Et en plus quand avec une de mes chroniqueuses nous sommes totalement raccord, j’adore encore plus ! 😉

      Aimé par 1 personne

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s