Apéro Polar : autour de la Corée avec Jean-Luc Bizien (1)

 $$$&&&$$

Le 08 avril dernier j’ai eu la chance de recevoir Jean Luc Bizien pour une rencontre dans la cadre de mes « Apéro-Polar »*

Le thème qui n’avait été proposé , la Corée. Et qui d’autre que Jean Luc Bizien pouvait le mieux me parler de ce pays ? De ces pays !

Alors j’ai contacté Jean Luc est ça a matché !

Pour savoir comment ça c’est fait c’est ICI


ALORS

Maintenant…Je vous propose de participer, vous aussi, à cette rencontre.

12523847_10208902707702917_4154474456365261576_n

photo de Françoise Manoukian

GVL :  Jean Luc, comme tu n’as pas besoin de moi pour te questionner.  Tu as carte blanche, juste une chose imposée : nous parler de la Corée. Voilà à toi de jouer (rire)

(Rire aussi dans la salle, ça c’est fait !)

JLB : Parler de la Corée !

Ce qu’il y a de drôle quand Geneviève m’a invité à vous parler ce soir c’est qu’elle m’a dit « faut que tu viennes, c’est intéressant, c’est l’année de la Corée en France. » Soyons clair c’est l’année de la Corée du Sud.

Ça va être compliqué d’organiser  une année de la Corée du Nord aujourd’hui en France.

Que puis-je vous dire sur la Corée du Nord que vous ne sachiez déjà.

C’est le dernier pays communiste de type stalinien au monde. C’est le dernier pays au monde qui a encore des camps de concentration, enfin je l’espère. Que ces camps de concentration sont pour les prisonniers politiques. Au dernier recensement ils étaient encore 120000. Ils ne touchent pas que les prisonniers politiques.

Alors pardon, je vais être un peu décousu, mais j’espère que vous allez avoir des questions car je n’ai pas envie de vous faire un cour magistral extrêmement pénible.

9782844141132,0-123761Si vous vous promenez aujourd’hui à Pyongyang, Corée du Nord, ça signifie deux choses. Soit vous êtes membre d’un parti communiste encarté et que vous y allez pour une raison de tourisme, soit que vous êtes membre d’une ONG occidentale avec une mission spécifique. Il y a plein de possibilités : Guy Delisle qui a écrit une BD qu’il a intitulé Pyongyang, que je vous invite à découvrir, c’est très très bien.

Pyongyang invite à participer à des cours de dessin animé à l’ancienne. Non pas par ordinateur mais dessiné à la main. Dans ce cadre-là, Guy Delisle est allé plusieurs mois travailler sur place. Il en est revenu avec un roman graphique qui est magnifique

« Guy Delisle poursuit  ici son travail nomade d’animateur à Pyongyang, capitale de la Corée du Nord. Si on peut retrouver son regard personnel et circonspect sur un autre pays asiatique, Pyongyang présente en outre l’intérêt de donner des informations sur la vie quotidienne d’un des pays les plus secrets et les plus tyranniques du monde. »

Donc si vous promenez à Pyongyang, vous aurez un traducteur qui en fait est un commissaire politique qui vérifie bien que vous regardez bien là où on vous demande de regarder et que vous ne prenez pas de photos là où c’est un peu gênant.

On vous expliquera, car vous ne verrez pas un handicapé dans les rues, que le gouvernement de Corée du Nord fait tout pour que tous les Coréens du Nord naissent beaux et intelligents. Mais en fait, dès que vous êtes différents vous êtes dans un camp.

Il y a des camps pour les nains, des camps pour les handicapés mentaux, des camps pour les handicapés physiques. Avec différents degrés de handicap, par exemple les nains ont la possibilité de se marier entre eux. Mais…Ils ne peuvent pas avoir d’enfant.

9782913490055,0-43051
Il faut avoir l’esprit tordu pour écrire quelque chose là-dessus. A ma décharge j’ai un copain qui est illustrateur, dessinateur de presse à ouest France, il m’a amené un livre « 
Au pays du Grand Mensonge : Voyage en Corée du Nord », de Philippe Grangereau chez Payot qui est le panorama de la Corée du Nord. Il m’a dit, lis le ; moi je trouve cela surréaliste, mets le nez dedans, tu en tireras peut-être un bouquin.

Effectivement c’est fascinant de réaliser la réalité de ce pays mais en même temps c’est une espèce de gageure de se lancer dans l’écriture d’un roman policier qui se passe dans le pays le plus fliqué du monde. Et je ne savais pas par quel bout le prendre. C’était il y a 7 ans et on trouvait très peu de chose sur la Corée du nord. Il y avait ce fameux livre et il y avait un ou deux témoignages publiés par des personnes exfiltrées qui racontaient ce qu’elles avaient vécues de l’autre côté. Je suis allé sur internet, j’ai téléchargé des documentaires le plus souvent en anglais.

J’ai beaucoup de respect pour ces journalistes qui montent un bateau sous prétexte de reportage, ils arrivent avec des tonnes de matos pour impressionner mais l’essentiel c’est qu’ils ont des tas de petites cameras planquées afin de faire des images cachées. Et ils filment. Quand vous passez la frontière dans ces conditions-là, on vous explique que certes votre passage a été enregistré mais que parfois, c’est assez taquin, on peut perdre ces papiers. Et que si vous ne repassez pas dans l’autre sens, on niera vous avoir vu passer la frontière.

Les choses sont claires et les journalistes qui jouent leur peau là-dessus, je trouve ça admirable, ce sont encore des gens qui font preuves  de courage pour faire passer l’information. Ils nous informent au sens premier du terme.

Donc j’avais réuni en tout et pour tout une vingtaine d’heures de doc. Il y avait des images assez insoutenables. Et malgré tout cela, je ne savais toujours pas par quel bout prendre mon roman. Et ce sont des entrefilets dans la presse qui ont fait que le déclic est venu et que j’ai eu l’envie de m’y coller et de raconter cette histoire. Cela a donné L’évangile des Ténèbres.

210px-Juche_Tower

La tour du Juche à Pyongyang

Question, pourquoi l’évangile ? Parce que le titre s’est imposé quand je me suis mis à étudier cette dynastie des KIM, qui règnent depuis 1948 sur la Corée du Nord. C’est un truc assez exceptionnel.  Kim Il-sung, fondateur du régime a réussi à faire dans son chaudron infernal naitre un régime qui mélange politique et religion. Il y a donc « Le père », .  Kim Il-sung, « le fils » Kim Jong-Il, et « le saint esprit « « le Juche » qui est la doctrine du parti qui explique comment penser, comment vivre et comment agir.

L’idéologie officielle du pays est le Juche doctrine basée sur l’autosuffisance développée par Kim Il-sung I, Elle a vocation de régler le destin de chaque citoyen

280px-Baitou_Mountain_Tianchi

Le Mont Paektu à la frontière sino-coréenne. La montagne sacrée

Tout cela nous parait irréel  voire dément et pourtant il faut imaginer que, quand depuis toujours, depuis la plus tendre enfance avant même la maternelle, on vous serine ces choses…On vous explique des choses et on peut même arriver à vous faire croire à des contes pour enfant. Par exemple les coréens sont persuadés que Kim Il-sung est né sur le mont Paektu, la montagne sacrée de Corée du Nord. Et que le jour de sa naissance, tout s’est arrêté, il y a eu d’énormes orages, que le ciel s’est ouvert et qu’un arc en ciel a frappé l’enfant qui venait de naître.

Mais oui, à partir du moment où on vous le raconte depuis votre plus tendre enfance et qu’on ne corrigera jamais ces versions là, vous en êtes intimement persuadé.

Kim Il-sung était couramment désigné du titre de Grand Leader (위대한 수령widaehan suryŏng). Il fut surnommé le « Président éternel » ou « professeur de l’humanité tout entière ». 

De même que depuis la fin de la guerre avec les américains. Fin de la guerre que les coréens n’ont jamais admise. Chaque fois qu’un avion passe au-dessus du pays, les anciens militaires lèvent les yeux et ils sont intimement  persuadés qu’il s’agit d’un bombardier américain et que la guerre reprend.

Il y a plein de choses comme celle-ci qui relèvent de la croyance des coréens. Et ça dure depuis plus de cinquante ans !

Voilà fin de la première partie….

A suivre donc !

Pour poursuivre la rencontre :

 Au pays du Grand Mensonge : Voyage en Corée du Nord  de Philippe Grangereau. Paru en 2001. Réédité en poche chez Payot dans la collection Petite Bibliothèque.

9782228897426L’ouverture de la Corée du Nord n’est pas pour demain, et ce drôle de voyage dans l’effroyable pays des Kim, en avril 2000, demeure d’actualité à tous égards. La dernière dictature stalinienne du globe s’était rarement – pour ainsi dire jamais – entrouverte comme elle le fit alors à un groupe de voyageurs occidentaux. Elle n’a pas récidivé…
 » Un pan du rideau de velours pourpre semblait se lever sur le théâtre d’ombres nord-coréen. Il a finit par retomber mollement. Le pays est toujours dirigé par un mort : le père de Kim Jong-il, Kim Il-sung, décédé en 1994 mais officiellement « président éternel ». Nombreux sont ceux qui, au début des années 1990, prophétisaient une disparition prochaine du régime. C’était sous-estimer la nocivité sans pareille de ce totalitarisme terrifiant. « 

Avril 2000, pour la première fois depuis 1953, la dernière dictature stalinienne du globe, s’entrouvre à un groupe de touristes occidentaux… Parmi eux un journaliste, voyageant incognito, visitera le pays le plus fermé du monde, et rapportera un témoignage et des photographies saisissantes, du pays du  » Grand Leader  » Kim Il-sung. Pays paranoïaque et schizophrène, véritable forteresse du communisme, et camp de concentration de tout un peuple, Au Pays du Grand Mensonge est un témoignage pris sur le vif d’une dictature qui n’en finit pas de mourir.

 

9782810002665,0-1124584La trilogie des ténèbres, Volume 1, L’évangile des ténèbres / Jean-Luc Bizien. Paru le 6 octobre 2010 aux éditions du Toucan dans la collection Toucan noir.

9782810002665,0-1124584Pyongyang, Corée du Nord. Le dernier pays où le pire n’est pas imaginable…

Seth Ballahan, rédacteur en chef d’un quotidien américain, apprend que Michaël Wong, l’un de ses collaborateurs, est piégé en Corée du Nord. Face à l’absence de réaction de sa hiérarchie, Ballahan voit rouge. Contre vents et marées, il décide de secourir le jeune Wong. Dans Pyongyang, la capitale fantôme où les hommes ne sont que des ombres, il cherche de l’aide auprès de Suzan, ravissante correspondante d’une O.N.G. canadienne.

C’est alors que le Mal absolu surgit : un tueur monstrueux laisse dans son sillage une longue suite de cadavres atrocement mutilés. Paik Dong-Soo, brillant militaire nord-coréen, se lance sur ses traces. Ils se retrouveront tous, à l’issue d’un parcours halluciné, en un lieu oublié. Celui qu’annonce l’Évangile des ténèbres…

Trilogie des ténèbres

 

Publicités

22 réflexions sur “Apéro Polar : autour de la Corée avec Jean-Luc Bizien (1)

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s