Si loin, si proche de moi de Laura Sadowski

Mes petites lectures
 LSLe livre : Si loin, si proche de moi de Laura Sadowski. Paru en avril 2015. 8€96 ; 324 pages ; 12,7 x  20,3 cm.
Présentation de l’éditeur
Virginia a dix-sept ans lorsque sa mère, Christine, appartenant à la bourgeoisie de Tours et menant en apparence une vie sans histoires, disparaît lors de la fête annuelle. Malgré d’intenses recherches, elle n’est pas retrouvée. La police penche pour un crime. Qui l’a commis ? Le mari ? Une autre personne ?
Finalement, on découvre la voiture abandonnée dans une forêt et une scène de crime qui raconte une histoire effroyable. Mais la police ne retrouve pas son corps.
Cinq ans plus tard, sur la base d’une preuve matérielle, un homme est condamné. Après dix ans de prison, celui-ci obtient l’annulation de sa condamnation à perpétuité.
Virginia, devenue psychiatre, mariée et mère de famille, met alors sur pied un plan afin de piéger le meurtrier et de se venger…
Les choses se dérouleront-elles comme elle l’avait prévu ?
AVT_Laura-Sadowski_8549L’auteur : Laura Sadowski est avocate de formation. Elle a publié plusieurs thrillers et romans policiers à succès :
  • L’Affaire Clémence Lange, La Peur elle-même, L’Origine du sexe, La Géométrie du tueur, Sanglante sera ta fin.

Auteur également de fantasy fantastique, elle a publié La Guerrière de Shanghai.

 

Extrait :

« Il est derrière les barreaux. Il respire. D’autres seraient contents de savoir qu’il ne respire plus le même air qu’eux, mais pas moi. Pas moi. Depuis quinze ans il continue de respirer alors que moi j’étouffe, je suffoque, je vis avec une oppression qui, le jour, m’oblige à m’asseoir subitement la main sur la poitrine, et, la nuit, me réveille en sursaut la bouche ouverte comme si j’étais en train de me noyer.
Il ne m’a pas touchée. Il ne m’a pas brutalisée ou violentée, ni contrainte à agir contre ma volonté. Je veux pourtant qu’il cesse de respirer même si je sais que rien au monde, – rien !, ne pourra réparer le mal qu’il m’a fait. C’est comme si je sentais sa respiration contre ma joue, comme s’il mêlait son souffle au mien. Comment décrire cette impression atroce d’être maintenue contre lui et de ne pas pouvoir me délivrer ? J’ai beau me débattre, je reste prisonnière de ses bras. »

Mon petit avis :

Enfin un nouveau polar de Laura Sadowski. Je l’attendais depuis si longtemps. Et j’ai bien fait d’être patiente. Une nouvelle fois Laura m’a bluffée.

On la retrouve ici dans un autre genre que le thriller judiciaire,  genre dans lequel elle excelle. Et c’est ce qui me plait chez cette auteure, elle se met en danger en s’essayant à un autre style. Ici, elle nous propose un remarquable roman psychologique.

Oui bien entendu dans ce roman nous assistons aux différents procès du supposé coupable qui lui, bien entendu, clame son innocence même si tout l’accuse. Mais là n’est pas l’essentiel du propos du livre.

Toute l’histoire repose sur Virginia, la fille de la victime, qui va voir sa petite vie bien rangée, bien tranquille dans une famille bourgeoise apparemment sans histoire se disloquer et exploser littéralement. La disparition incompréhensive et soudaine de sa mère va plonger tous les membres de ce foyer dans un chaos absolu.

Car bien entendu, c’est d’abord autour des proche de la victime que l’enquête va être menée. On le sait, souvent, le coupable fait parti de l’entourage.

Et la jeune fille de 17 ans va être amené à regarder de plus prêt sa vie, sa famille, les relations entre son père et sa mère. Elle va être confronter à une réalité qui ne reflète pas du tout l’image qu’elle se faisait de sa petit famille idéale et idéalisé. son monde va littéralement explosé.

Pourtant cette jeune femme va tout faire pour s’en sortir, pour réussir sa vie. Même si au fonds d’elle une blessure reste béante. Aussi pour la cicatriser et aussi pour faire enfin le deuil de sa mère, elle va tout mettre en oeuvre pour retrouver le corps de sa mère. L’assassin n’ai jamais passé au aveux.

Elle va mettre sur pied, 15 ans après les faits, un plan machiavélique pour enfin apprendre la vérité. Quitte à se mettre réellement en danger. Cette quête de vérité est devenu son obsession.

Et c’est là que Laura Sadowski est forte, elle imagine un tel scénario digne des meilleurs films du genre. Bien entendu pour arriver à ses fins, elle ne s’encombre pas de la procédure pénale. Elle prend même quelques libertés avec celle-ci. Mais elle n’ai pas la seule auteure dans le polar français à faire fit de cette procédure. D’ailleurs Fred Vargas, la première, le revendique, là n’est pas son propos. Et si il y a quelques  invraisemblances au niveau procédural c’est pour mieux servir l’histoire.

Et cette histoire est mené de main de maître. Le suspense est total et plus on avance dans l’histoire plus la tension monte crescendo. On tremble pour Virginia, on lui souffle de tout arrêter. Et dans le même temps, nous voulons aussi savoir la vérité. Nous sommes pris en tenaille dans ce jeu de dupe qui se déroule sous nos yeux.

L’auteur nous prends au piège, on subit, impuissant. On tourne les pages et pris par le flots des mots, les rebondissements qui font cette intrigue, on ne peut interrompre cet imbroglio dans lequel nous sommes plongés.

Tout ici est machiavélique. Même la fin.

Vous l’aurez compris, je ne peux que vous conseiller cette lecture.

Laura, juste un mot je t’adore…

Lire le début ICI

Publicités

44 réflexions sur “Si loin, si proche de moi de Laura Sadowski

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s