Lazarus / Emanuel Dadoun

Mes petites lectures

LazarusLe livre : Lazarus / Emanuel Dadoun. Publié en 2010 aux Éd. Sarbacane dans la collection Exprim’noir . (246 p.) : 22 cm

 

Citation :

Les morts font toujours chier.

 

 

L’inspecteur Kowalski enquête sur les meurtres commis par Piquier dans plusieurs villes de France. Celui-ci laisse toujours les mêmes traces derrières lui: un doigt coupé, un signe secret dessiné au sang… Par les yeux de Kowalski, on s’aperçoit peut à peu qu’au delà des actes violents, Piquier est un marginal, exclu de la société. Un thriller à vocation sociale!

L’auteur :

Emmanuel Dadoun se présente :

$&&&Je suis né à paris en 1969, dans le XIVième.
Après des études de philosophie à la Sorbonne et une thèse sur Kant, (je me suis arrêté en DEA, sur Nietzsche) je me suis orienté vers la presse et le rédactionnel…j’ai ainsi été pigiste pour Nova Magazine, Libération, Upstreet, Le Nouvel Obs, etc…J’ai également tenu une chronique de polars pour la Revue Littéraire des Editions Léo Scheer. j’ai commencé mes premiers balbutiements littéraires en écrivant surtout de la poésie.

C’est après un premier roman non publié (Ressac) mais remarqué par les Editions Gallimard, que je me suis enfoncé dans le roman. C’est surtout après mes lectures de J.P Manchette, Edward Bunker et Ed McBain que j’ai persisté dans le polar et le fantastique.
A côté de cela, j’ai été aussi peintre (je le suis toujours mais cette partie de moi est en stand by) et comédien (quelques apparitions ici et là, notamment le court-métrage allemand « Au revoir papa » en qualité de flic.
Je donne encore des cours particuliers de philosophie pour des élèves de terminale.

Mes romans se passent en Bretagne (Lazarus et Microphobie), à Rennes (même si mon inspecteur à une fâcheuse tendance à voyager).
Je ne sais pas si cela est dû à mon amour de la Bretagne, au fait que ma belle-soeur soit de St-Brieuc ou alors que mes racines espagnoles (du côté
maternel) aient pactisé avec un certain aspect celtique de ma
personnalité ancestrale(sic)…

Résumé et avis :

Piquier tue dans les villes, sans logique apparente. Il obéit à un rituel : une victime anonyme, un doigt coupé et un signe cabalistique tracé au sang sur un mur. Il ignore pourquoi il agit ainsi, c’est une voix dans sa tête qui le force à commettre ces actes… L’inspecteur Kowalski enquête et dessine le portrait-robot d’un homme, mort depuis dix ans. Premier roman.

Ce premier polar ambitieux est un mélange de roman social, polar fantastique et enquête classique. On y trouve même quelques touches philosophiques. Une intrigue magistralement menée, des personnages singuliers et très attachants, malgré leur noirceur. L’écriture est belle et le style est original. Une belle découverte.

Un serial killer violent, mystérieux, cruel, tortueux, machiavélique, vicieux

Un roman minéral, morbide, sanglant, noir et effrayant.

Publicités

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s