Le mythe d’Isaac Becker de Reed Farrel Coleman

chronique-de-lecteurs
reed-farrel-coleman-le-mythe-disaac-beckerLe livre : Le mythe d’Isaac Becker  de Reed Farrel Coleman. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Pierre Brévignon. Paru le 04 novembre 2015 chez Ombres Noires. 8€ ;  (91 p.) ; 19 x 13 cm
Quatrième de couverture

Le mythe d’Isaac Becker

1944, camp de concentration de Birkenau. Les destins de Jacob et d’Isaac se trouvent scellés quand le carnet de ce dernier est confisqué par le sous-lieutenant Kleinmann. Chronique des activités criminelles du camp et des victimes des chambres à gaz, son Livre des Morts peut les conduire à leur perte. Les deux hommes tentent de récupérer le précieux objet mais, surpris par Kleinmann, Isaac est tué. Le carnet semble définitivement perdu.

Mais que sait-on réellement de Jacob et d’Isaac ? Sont-ils vraiment les héros que l’on croit ? Et si Le Livre des Morts venait à ressurgir, que dévoilerait-il ?

indexL’auteur : Reed Farrel Coleman est originaire de Brooklyn. Romancier et poète américain, il est l’auteur de plusieurs romans et a reçu de nombreuses récompenses. Ancien vice-président du club des Mystery Writers of America, il enseigne désormais l’écriture à l’université Hofstra.

 

 

Voici un petit livre dont la lecture m’a beaucoup touchée. Et mon ami Pierre de comité de lecture polar a lui aussi était pris par l’émotion. Alors il vous offre son impression de lecture.

Résumé et avis de Pierre

Isaac Becker, prisonnier du camp de concentration de Birkenau en 1944, rédige les histoires de ses codétenus dans un carnet appelé le Livre des spectres. Il meurt en tentant de le récupérer des mains d’un officier allemand qui l’avait confisqué. Mais Jacob Weisen parvient à faire sortir le livre du camp et à survivre. Il parcourt le monde pour témoigner de ce texte, introuvable après le conflit.

Il s’agit ici d’une novella sur un prétendu manuscrit sauvé d’un camp d’extermination mais pas seulement : c’est également une histoire de mensonge et de ses conséquences, de comportements humains dans des conditions inhumaines.

Ce petit et très court roman noir est un fabuleux vecteur d’émotion.

C’est rude, violent, douloureux et beau à la fois.

De plus, ce roman est suivi d’un court entretien avec l’auteur sur l’origine de son récit.

 

Lire le début ICI

Publicités

2 réflexions sur “Le mythe d’Isaac Becker de Reed Farrel Coleman

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s