Prédateurs de Maxime Chattam

Lecture d’avant
images (4)9782266188784,0-517831Le livre : Prédateurs de Maxime Chattam. Paru le 4 avril 2007 chez Albin Michel dans la collection Spécial suspense.  22€30 ; (459 p.) ; 24 x 16 cm

Réédité en poche chez Pocket  le 14 mai 2009.  8€40 (569 p.) ; 18 x 12 cm

4e de couv :

Une guerre sans nom. Le débarquement libératoire est imminent. Parmi les GI’s, la tension est extrême. Mais cela ne peut suffire à expliquer le crime abominable découvert sur l’un des navires alliés : un soldat a été retrouvé pendu à des crocs de boucherie, la tête remplacée par celle d’un bélier. Le lieutenant Frewin de la Police militaire et l’infirmière Anne Dawson dépêchés sur les lieux en sont convaincus : c’est l’œuvre d’un tueur redoutable qui jouit de la souffrance qu’il inflige. Malgré le déclenchement de l’offensive, les meurtres se poursuivent avec un raffinement croissant dans l’horreur. Frewin et Dawson orientent alors leur enquête vers la 3e section de la compagnie Raven, une poignée de durs qui forment un cercle très spécial…

220px-Salon_du_livre_de_Paris_2011_-_Maxime_Chattam_-_005L’auteur : Maxime Chattam et Maxime Williams sont des pseudonymes de Maxime Drouot, , né le19 février 1976 à Herblay dans le Val-d’Oise, qui, à la suite d’études en criminologie, s’est spécialisé dans le roman policierou plus exactement le thriller. Il ne cache pas son admiration pour Stephen King. C’est d’ailleurs le maître qui lui inspirera ses premiers écrits.

Extrait :   
La peur est le plus puissant des moteurs. La peur transforme les hommes. Elle peut les détruire, ou bien les rendre invulnérables. La peur dope les esprits, ou les réduits en bouillie. Elle est instrument d’asservissement, elle n’a pas de limite. Qui contrôle la peur, contrôle l’homme, voire des foules entières.

Résumé et avis :

Ils sont déjà parmi nous…Une guerre anonyme dont on ne connait ni les causes, ni le théâtre, ni les acteurs.. De jeunes soldats sauvagement mutilés dans des mises en scène effroyables. Mais l’ennemi n’est pas le coupable. Pour le lieutenant Craig Frewin, fasciné par le langage du sang, il ne peut s’agir que d’un psychopathe, un monstre de ruse et sadisme, un prédateur cruel et archaïque qui va les décimer un par un…

Un psychopathe qui décime les rangs de l’armée. Des jeunes soldats sont ainsi retrouvés sauvagement mutilés. Et tout cela à la veille d’une journée de combat. Le lieutenant Frewin et son équipe de la police militaire, avec l’aide d’Ann Dawson, une jeune infirmière, traquent l’assassin en analysant son comportement. L’enquête se révèle délicate, il ne faut pas entamer la cohésion du groupe. Et puis chacun à de lourd secret à cacher .Mais bientôt, il ne reste plus que deux membres dans l’équipe pour abattre le tueur.

Renouant avec la veine de sa Trilogie du Mal, Maxime Chattam nous propulse dans un vortex de terreur, imposant une fois encore son univers mystérieux et sanglant. Terreur et métaphysiqye font décidément bon ménage chez cet auteur.

Si l’auteur nous perd dans un contexte flu et impréci, une guerre sans nom, c’est pour mieux nous attirer dans ses filets et une nouvelle fois nous confronter à son thème de prédilection favori : le Mal. Le Mal omniprésent,intemporel et ici personnalisé.

Comme souvent chez Maxime Chattam, les personnages sont complexe, d’une densité rare et chargée par un passé encombrant.

Notre psychopathe n’échappe pas à la règle. Le sens de ses agissemenst a un but précis et le questionnement de l’auteur sur les causes de ce mal trouve un écho en nous. Ne sommes nous pas avant tout des animaux. Nos instints primaires ne pourraient-ils pas prendre le dessus sur nos manières policées si notre civilisation venait à vaciller. Si nos points de repères devenaient flus ou innexistants, ne serions nous pas tentés de retomber dans la sauvagerie. Ce Mal incarné, ne trouve-t-il pas un écho dans notre actualité.

Maxime Chattam ne nous lance-t-il pas, à travers ces livres et sa quête du mal, un avertissement salutaire.

Plus qu’un thriller, ce titre est un guide de survie !

Chattam a du talent quand il joue sur les plates bande des auteurs anglo-saxons. Et confirme ainsi qu’il est un grand du thriller.

Publicités

31 réflexions sur “Prédateurs de Maxime Chattam

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s