Des noeuds d’acier de Sandrine Collette

9782207113905,0-15112669782253176015,0-1884996Le livre : Des noeuds d’acier- Sandrine Collette. Paru le 10 octobre 2013 chez Denoël dans la collection Sueurs Froides. 17,00 € ; (264 p.) ; 23 x 16 cm

Réedité en poche au Livre de poche.en
janvier 2014. 6,90€ ; (261 p.) ; 18 x 12 cm

4e de couv :

Des noeuds d’acier

La prison n’avait pas réussi à le briser. Ces deux vieillards retirés du monde vont-ils y parvenir ?

Avril 2001. Dans la cave d’une ferme miteuse, au creux d’une vallée isolée couverte d’une forêt noire et dense, un homme et enchaîné. Il s’appelle Théo, il a quarante ans, il a été capturé par deux vieillards qui veulent faire de lui leur esclave.

Comment Théo a-t-il basculé dans cet univers au bord de la démence ? Il n’a pourtant rien d’une proie facile : athlétique et brutal, il sortait de prison quand ces deux vieux fous l’ont piégé au fond des bois. Les ennuis, il en a vu d’autres. Alors, allongé contre les pierres suintantes de la cave, battu, privé d’eau et de nourriture, il refuse de croire à ce cauchemar. Il a résisté à la prison, il se jure d’échapper à ses geôliers.

Mais qui pourrait sortir de ce huis sauvage d’où toute humanité a disparu ?

L’auteur :
index Sandrine Collette est née un 1970. Elle est docteur en science politique. Et elle partagait sa vie entre l’université de Nanterre et ses chevaux dans le Morvan. Des noeuds d’acier est son premier roman.
Depuis le succes de celui-ci elle se consacre à l’écriture pour notre plus grand plaisir.
 Vous pouvez aussi retrouver ICI mon avis sur six fourmis Blanches, le 3e roamn de Sandrine Collette.
 Extrait :
Une nuée de mouches tournant autour des limaces comme pour les houspiller, se posant et s’envolant sans relâche. Les mêmes mouches qui me collent aux yeux et au coin des lèvres quand je travaille et que je transpire, insupportables d’acharnement, et que je finis par ne plus chasser. Elles sont là, à vous rendre fou. Vous êtes seul et elles sont des milliers. J’en ai tué, inlassablement, et tué encore. Et il en est revenu autant, davantage même, jusque dans mes oreilles. Certaines piquent, ou mordent, ou s’accrochent. La plupart se promènent sur mon corps dans un chatouillement exaspérant.
Ces mouches, c’est le mal qui les attire.
La fatigue, la merde et la mort.

Édition collector en poche

Résumé et avis :

Coup de coeur absolu.

Théo sort de prison et prend la route vers une région montagneuse isolée detout où il se fait Kidnapper par deux vieux frères déments. Battu, humilié, affamé, enchaîné à un mur dans une cave il va perdre peu à peu son statut d’humain pour devenir l’esclave de ses tortionnaires qui l’appellent « Le chien ». Un récit dur, dérangeant, mais qui ne tombe jamais dans le sordide. Un style descriptif, une écriture simple, incisive, qui ajoutent encore à l’horreur de la situation. La folie, les rapports entre les deux frères, la relation maître-esclave, la descente de Théo à l’état d’animal tentant juste de survivre encore un peu dans cet enfer sont décrites avec un minimalisme glaçant. On bascule dans la terreur et l’angoisse avec le héros, inexorablement. L’histoire se déroule dans la France profonde, et aujourd’hui. A tout moment l’esprit du lecteur oscille entre fiction et réalité tant cette descente infernale est racontée avec un réalisme désespéré. On reste accroché au roman, les mains moites, le cœur battant, sans pouvoir le lâcher tant le suspense est haletant et la tension palpable. Ce récit résonne longtemps après qu’on l’ait refermé, au point d’avoir du mal à ouvrir un autre livre ensuite. Des nœuds est le premier roman de Sandrine Collette, et c’est un coup de maître, une plongée en enfer dont on ne ressort pas indemne.

Un premier roman magistral. Et je pourrais vous abreuver d’un tas de superlatifs tellement ce titre m’a emportée.

Oui coup de coeur absolu.

Extrait :
Je reprends conscience par à-coups.
La souffrance est telle que je n’essaie même pas d’ouvrir les yeux. C’est comme si quelqu’un continuait à me cogner la tête méthodiquement, violemment. Les nausées me donnent l’impression de tanguer et je crois que je vais vomir.
Je reste un long moment à flotter ainsi, remontant des limbes ou n’importe quoi d’autre qui y ressemble. Je suis allongé sur quelque chose de dur, peut-être par terre. Ça sent le moisi, l’humidité enfermée. Mes idées se remettent en place une à une, incertaines. La maison abîmée. Le vieux en salopette. Je me rappelle aussi son invitation pour le café, ma sensation désagréable en face de lui.
Son regard blanc levé sur moi. Juste avant le choc.
Je fais un geste de défense, anticipant le coup dont le souvenir me revient brusquement ; le mouvement me secoue, m’arrachant un cri de douleur fulgurante dans la tête.
Je m’évanouis à nouveau.

Publicités

22 réflexions sur “Des noeuds d’acier de Sandrine Collette

  1. Bon, trêves de connerie sur l’ami Yvan qui parlait de toi avec « une inconditionnelle » et pas pour lui, mais j’ai pas pu résister à la connerie de jour.

    Adoré « les liens d’acier », pas encore lu les vendanges, adoré aussi les six fourmis. Yapuka lire le second 😉

    Aimé par 1 personne

  2. J’ai lu les 3 et j’ai adoré les 3. Je suis vraiment accro à son style d’écriture, cette ambiance huis clos. Il y a une atmosphère lourde, pesante, étouffante et je me dis que c’est toujours un cauchemar. Je les lis super vite, tellement que j’ai envie de sortir de cette cabane, de cette maison ou de cette montage.

    Aimé par 1 personne

        • Non, non, ce n’est pas une mite, Yvan !! Heu, un mythe !! En lisant sa phrase, mon cerveau avait intervertit le « je » et le « tu » et ça donnait une chose bien drôle. Une fois relue, c’était moins marrant, mais j’avais envie de le taquiner un peu ;-))

          Tiens, à propos de mite…

          C’est un type qui marche dans la rue et qui croise un de ses copains.
          – Tiens salut ! Mais qu’est ce que tu transportes dans ces 2 grosses valises?
          – Ouvre, tu verras.
          Le type ouvre une des deux valises, et il y trouve une espèce de gros insecte gluant, en fait, une mite géante.
          – Qu’est-ce que c’est que cette bestiole ?
          – Bah ! Tu vois bien, c’est une grosse mite.
          – Ouais ! Et qu’est-ce que tu as dans l’autre valise ?
          – Ouvre, tu verras bien. Le type ouvre la deuxième valise et là, il y a un gros nuage de fumée, puis un génie qui sort et qui lui dit :
          – Fais un voeux et je l’exaucerais. Le type ne fait ni une ni deux, il demande :
          – Je voudrais un milliard ! Alors, il lève la tête et il voit une fissure s’ouvrir dans le ciel et un gros truc tombe sur le sol : une grande table de billard !
          – Hé ! Il est sourd ou quoi ton génie ? J’avais demandé un milliard, pas un billard!
          – Et moi, tu crois que j’avais demandé une grosse mite ?

          Aimé par 1 personne

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s