L’ écorchée de Donato Carrisi

Le livre :images (7)

L’écorchée de Donato Carrisi ; traduit de l’italien par Anaïs Bokobza. Paru le 16 octobre 2013 chez Calmann-Levy. 21,90 EUR ; (430 p.) ; 23 x 15 cm

Réedité au livre de poche 528 pages. Date de parution: 03/09/2014

La 4e de couv :

«Je les cherche partout. Je les cherche toujours.»

Sept ans après s’être mesurée au Chuchoteur, Mila Vasquez travaille aux Limbes, le département des personnes disparues. L’enquêtrice excelle dans son domaine. Peut-être parce qu’elle est incapable d’éprouver la moindre émotion. Ou peut-être parce qu’elle-même porte dans sa chair la marque des ténèbres.

On a tous ressenti l’envie de s’évanouir dans la nature. De fuir le plus loin possible. De tout laisser derrière soi. Or chez certains, cette sensation ne passe pas. Elle leur colle à la peau, les obsède, les dévore et finit par les engloutir. Un jour, ils se volatilisent corps et biens. Nul ne sait pourquoi. Bientôt, tout le monde les oublie. Sauf Mila.

Et puis, soudain, ces disparus réapparaissent pour tuer. Face à eux, Mila devra échafauder une hypothèse convaincante, solide, rationnelle. Une hypothèse du mal. Mais pour les arrêter, il lui faudra à son tour basculer dans l’ombre.

images (2)L’auteur : Né le 5 mars 1973, Donato Carrisi est l’auteur d’une thèse sur Luigi Chiatti, le «monstre de Foligno», un tueur en série italien. Juriste de formation, spécialisé en criminologie et sciences du comportement, il délaisse la pratique du droit en 1999 pour se tourner vers l’écriture de scénarios. Il est l’auteur italien de thrillers le plus lu dans le monde. Le Chuchoteur, son premier roman, a été traduit dans vingt pays, a reçu quatre prix littéraires en Italie. Lauréat du prix SNCF du Polar européen et du prix des Lecteurs du Livre de Poche dans la catégorie polar, il a connu un immense succès en France.

Extrait : « Un homicide se concrétise au moment de la mort, disait Vincenti. En revanche, pour parler de disparition, il ne suffit pas de disparaître, il faut que du temps passe. Pas seulement les trente-six heures légales avant de commencer les recherches, bien plus. La disparition se cristallise quand ce que l’individu a laissé derrière lui commence à se détériorer : la compagnie d’électricité coupe la ligne, les plantes meurent sur le balcon parce que personne ne les arrose, les vêtements dans l’armoire passent de mode. Il faut chercher les motivations de ce délabrement en remontant dans le temps. »

images (3)

Résumé et avis :

Au bureau des personnes disparues, les murs sont tapissés de leurs portraits. L’enquêtrice Mila Vasquez les garde toujours à l’esprit. Ces disparus réapparaissent alors soudainement pour tuer. Sept ans après s’être mesurée au Chuchoteur, Mila va devoir échafauder une hypothèse rationnelle pour expliquer ces faits. Et pour ce faire, il va falloir qu’elle plonge à son tour dans l’abîme…

« C’est de l’obscurité que je viens, c’est à l’obscurité que de temps en temps je dois retourner ».images (4)

L’obscurité est la marque de Mila Vasquez, mais pas seulement . Son « manque d’empathie » ou « manque d’affection » sont aussi une de ses caractéristiques. Alors, pourquoi nous sommes nous tant attachés à cette écorchée vive, dès sa première enquête. Pourquoi être encore plus heureux de la retrouver dans cette deuxième. Peut-être parce que Le chuchoteur avait été une superbe découverte et qu’avec l’écorchée, Carrisi fait encore plus fort. Plus original peut-être aussi. Et le personnage prend en intensité, il est même plus sombre. Et oui, je ne pensais pas que cela aurait pu être possible. Et pourtant… Et son nouveau partenaire, Simon Berish, est juste parfait.

Car ici l’importance de l’aspect psychologique des personnages est telle qu’elle en vient à créer une tension permanente. Donato Carrisi dit de ses livres qu’ils doivent être comme des labyrinthes. « Le lecteur doit entrer dans le livre et s’y perdre. Les seuls points de références sont les personnages. Et on ne peut sortir du livre qu’à la dernière page, à la dernière ligne. C’est la seule issue autorisée. » images (5)Et bien je peux dire que l’auteur a réussi son coup. Non seulement son livre est un labyrinthe mais qu’il nous perd dans cette « hypothèse du mal »,( titre du livre en italien, L’ipotesi del male ),qui nous tient en haleine jusqu’au final.

Il nous manipule, tout comme le tueur manipule nos héros.Avec ses chapitres courts, L’écorchée est un véritable page turner. Pourtant ici aucune effusion de sang, pas de violence gratuite. Juste un  rythme soutenu et une écriture précise et envoûtante. L’auteur est tout bonnement bluffant, nous l’attendions au tournant, il ne nous a pas déçu, il nous a conquis.

Bref une très belle réussite. Un véritable coup de cœur.

Extrait 2 : « Par certains aspects, les livres constituaient un lest pour rester ancrée à la vie, parce qu’ils avaient une fin. Peu lui importait qu’elle soit heureuse ou non, cela restait un privilège dont ne jouissaient pas toujours les histoires dont elle s’occupait au quotidien. Et puis, les livres étaient un excellent antidote au silence parce qu’ils remplissaient son esprit des mots nécessaires pour combler le vide laissé par les victimes. Surtout, ils représentaient une échappatoire. Sa façon de disparaître. Elle se plongeait dans la lecture et tout le reste – y compris elle-même – cessait d’exister. Dans les livres, elle pouvait être n’importe qui. Ce qui revenait à n’être personne. Quand elle rentrait chez elle, seuls les livres l’accueillaient. »

Et bien sûr j’attends avec impatience le prochain livre de l’auteur car il y aura une suite, indubitablement.

images (6)

Publicités

6 réflexions sur “L’ écorchée de Donato Carrisi

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s