Mapuche de Caryl Ferey : Un avis de Lord Arsenik

 chronique-de-lecteurs

Aujourd’hui c’est Lord Arsenik qui vient pour une nouvelle chronique et il nous embarque en Argentine.

Alors attention avec Lord Arsenik ça risque de secouer.

téléchargement (8)téléchargement (7)Le livre : Mapuche de Caryl Ferey. Paru en avril 2012 chez Gallimard dans la collection Série Noire
Réédité en poche en Folio
4e de couv : Jana est Mapuche, fille d un peuple indigène longtemps tiré à vue dans la pampa argentine. Rescapée de la crise financière de 2001-2002, aujourd hui sculptrice, Jana vit seule à Buenos Aires et, à vingt-huit ans, estime ne plus rien devoir à personne.
Rubén Calderon aussi est un rescapé, un des rares «subversifs » à être sorti vivant des geôles clandestines de l’École de Mécanique de la Marine, où ont péri son père et sa jeune soeur, durant la dictature militaire.
Trente ans ont passé depuis le retour de la démocratie. Détective pour le compte des Mères de la Place de Mai, Rubén recherche toujours les enfants de disparus adoptés lors de la dictature, et leurs tortionnaires…
Rien, a priori, ne devait réunir Jana et Rubén, que tout sépare. Puis un cadavre est retrouvé dans le port de La Boca, celui d’un travesti, « Luz », qui tapinait sur les docks avec « Paula », la seule amie de la sculptrice. De son côté, Rubén enquête au sujet de la disparition d une photographe, Maria Victoria Campallo, la fille d un des hommes d affaires les plus influents du pays. Malgré la politique des Droits de l’Homme appliquée depuis dix ans, les spectres des bourreaux rôdent toujours en Argentine. Eux et l’ombre des carabiniers qui ont expulsé la communauté de Jana de leurs terres ancestrales…
téléchargement (6)L’auteur :
Caryl Férey est né le 1er juin 1967 à Caen. Il a grandi en Bretagne, une terre qu’il aime pour ses côtes déchiquetées, ses concerts dans les bistrots et ses tempêtes. Grand voyageur, il a parcouru l’Europe à moto, puis a fait un tour du monde à 20 ans. Il a notamment travaillé pour le Guide du Routard.
Extrait :
 Participer à des réunions d’étudiants de gauche, à des activités syndicales, avoir critiqué à haute voix les militaires, porter le même nom qu’un suspect, avoir assisté à un enlèvement, être juif, enseigner ou étudier la sociologie, conseiller des pauvres ou des suspects en matière juridique, soigner des suspects ou des pauvres, écrire des poèmes, des romans, des discours, être étranger et « trop bruyant », être réfugié d’un pays sous régime militaire, recherché pour des raisons politiques, exercer le métier de psychologue ou psychanalyste — influencés par des théoriciens juifs —, donner un récital de piano devant des ouvriers ou des paysans, être « trop » passionné d’histoire, être un jeune soldat qui en sait trop ou qui conteste, être « trop » fasciné par l’Occident ou réaliser des films « trop » axés sur des sujets de société ou contrevenant à la « bonne morale », militer dans une association des Droits de l’Homme, avoir un frère, une sœur, un cousin ou un ami proche d’une personne disparue : les militaires et la police enlevaient les gens pour n’importe quelle raison. Était considéré comme subversif quiconque se dressait contre le « mode de vie argentin

L’avis du LORD :

J’ai découvert l’univers littéraire de Caryl Ferey avec ce roman (ça fait pourtant un bail que sa suite maorie squatte ma PàL) et je dois avouer que j’ai pris une belle claque dans la gueule en compagnie de Mapuche.

Direction l’Argentine, mais pas celle des guides touristiques, la vraie. La réalité argentine aussi c’est la pauvreté et la corruption. Un pays dont les cicatrices d’un passé douloureux ne sont pas encore refermées… Voilà pour la toile de fond, oubliez le pays des Bisounours ; noir c’est noir !

Les héros de ce roman, Jana et Ruben ont des personnalités diamétralement opposées mais des caractères bien trempés. Au fil des pages on apprend à les connaître et à les comprendre, on découvre (pour ma part en tout cas) l’Histoire de l’Argentine. L’auteur réussi à nous plonger en totale immersion dans son intrigue en compagnie de ces deux héros dont les chemins ne devaient pas se croiser.

Par moment je me suis demandé si Caryl Ferey écrivait avec un stylo ou avec un cutter, le style est tranchant, percutant… en somme parfaitement adapté au contexte.

Ne vous laissez pas abuser par le démarrage en douceur du roman, rapidement vous vous retrouverez embarqué au coeur d’une intrigue menée Fast & Furious… c’est à peine si vous prendrez le temps de respirer entre les pages ! Chamboulé, tourneboulé, entre les surprises et rebondissements que vous réserve l’auteur.

Un coup de coeur inattendu.

 Tu as grandi où ? demanda-t-il depuis le banc qui lui faisait face.
– Dans le Chubut, répondit Jana.
– En territoires mapuche ?
– Oui… (Elle saisit un pétale de rose au hasard de la nappe, le déchira avec application.) Mais on a été expulsés de nos terres, elle ajouta. Une multinationale italienne…
– United Colors ?
– Oui. On ne devait pas avoir la bonne…
L’ironie cachait mal l’amertume
.

Merci qui ? Merci Benetton ! Depuis les pubs United Colors me piquent les yeux et me foutent la gerbe.

téléchargement (9)Pour faire plus ample connaissance avec LORD ARSENIK c’est ICI

Pour lire sa 1ère chronique sur les cicatrices de Jac Baron, c’est Là

 

Publicités

40 réflexions sur “Mapuche de Caryl Ferey : Un avis de Lord Arsenik

  1. Je n’ai lu que « Zulu » de cet auteur, qui m’a déjà méchamment claqué. Alors, si ce Mapuche est du même tonneau, je ne vais pas tarder à aller faire un tour du côté de mes lointains cousins…
    Et, simple réflexion, l’écriture au cutter, ça doit bouffer de la ramette… 😉
    Très belle chronique, l’ami Fred, et bravo Geneviève, tu sais choisir tes invités… Bises.

    Aimé par 1 personne

  2. Caryl Ferey est un grand ! je l’ai découvert avec Zulu ! une belle claque aussi… et bien entendu j’ai adoré Mapuche, son meilleur je crois, bien que ses autres romans soient très très bien…. youpi il va venir à Charleville-Mézières où j’habite en novembre, j’en salive d’avance ! 🙂

    Aimé par 1 personne

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s