Maléfices de Maxime Chatam

Lecture d’avant

téléchargement (54)téléchargement (52)Le livre : Maléfices de Maxime Chatam. Paru le 4 mars 2004 chez M.Laffon. 20€  ; (541 p.) ; 24 x 16 cm
Réédité en poche chez Pocket dans la collection Pocket Thriller le 10 mars 2005  8€40 ; (639 p.) ; 18 x 11 cm
4e de couv :

Une ombre inquiétante rôde dans les forêts de l’Oregon, là où se passent parfois des choses dont nul homme ne devrait rien savoir. C’est d’abord un employé de l’environnement qui est retrouvé mort, le visage horrifié. Aucune trace du criminel… Dans le même temps, des femmes disparaissent en pleine nuit, pendant le sommeil de leur époux. Pas de trace d’effraction dans les maisons… Et puis se répand une épidémie singulière, du jamais vu : les foyers de Portland sont envahis par des araignées aux piqûres mortelles. Les victimes s’accumulent et la psychose s’intensifie.

Et s’il n’y avait qu’une seule et même personne derrière tout cela ?

Un être pas comme les autres.

Peu à peu, on commence à murmurer le pire… Et s’il n’était pas humain ?

Joshua Brolin et Annabel O’Donnel s’immiscent dans l’enquête. L’ex-profiler du FBI et la détective new-yorkaise vont entrer dans la toile et faire face à l’impensable.

Une nouvelle génération de tueur.

Maléfices Lorsque le suspense rencontre la pire de nos peurs.

images (26)L’auteur : Après des études de criminologie, Maxime Chattam s’est lancé avec succès dans le monde du thriller, avec L’Âme du mal et In Tenebris. La critique a largement salué ce jeune auteur qui renouvelle le genre de façon spectaculaire.
Extrait : 
Sommes-nous aveugles et hypocrites pour oublier que l’essence même de ce que nous sommes tous est bestiale? Manger, dormir, se reproduire…et tuer pour survivre, s’il le faut. Pour protéger ses petits. L’aurait-on oublié? La société nous a appris à cacher cet aspect primaire sous des couches de vernis, mais au fond, tout au fond, nous sommes encore ces mêmes bêtes, comme toutes celles qui arpentent cette foutue planète, peut-être que ce qui nous différencie d’elles, c’est notre capacité à nous fabriquer ces vernis.

Résumé et avis :

La population de Portland est terrorisée. Un tueur s’est introduit secrètement dans des maisons pour y déposer des araignées parmi les plus dangereuses du monde. Joshua Brolin et Annabel O’Donnel mènent l’enquête sur ce mystérieux individu.

téléchargement (53)Tout commence avec la découverte du cadavre d’un agent de la protection de l’environnement du coté du Mont Hood. Le corps de la victime est autopsié, celui ci contient une immense quantité de venin. Il porte aussi des traces de morsures sur le cou. Des traces de morsure d’une dimension improbable. Le légiste parle d’une araignée. Mais la terreur que l’on peut lire sur le visage figé de la victime exprime bien plus que ça. Une araignée oui, mais alors grosse comme la roue d’un semi-remorque. Une araignée géante.

Notre ex-flic , Joshua Brolin, devenu détective privé ne croit pas à la thèse de la bête hors du commun. Notre profiler reste dubitatif et avec l’aide de son ami Annabelle O’Donnell il va essayais de démêler cette sombre affaire. D’autant que des jeune femmes disparaissent mystérieusement et qu’entre temps des veuves-noires sont entrées en ville.

Alors oui, la psychose gagne peu à peu et Portland vit un vrai cauchemar. D’autres victimes surviennent dont la mort reste inexpliquée. Tout cela défi la raison, et notre duo d’enquêteurs va se lancer dans une course poursuite effrénée pour stopper l’horreur.

 105759598_oQui, ici, ne souffre pas d’arachnophobie ? La scène d’entrée dans ce thriller est sans doute une des plus terrifiante et des plus belle scène de torture qui m’ait été donnée de lire. Ce titre est tout simplement surprenant et clos de façon magistrale la trilogie du mal.

L’auteur nous offre un roman surprenant où il mêle données scientifiques exactes avec phénomènes surnaturels. Il manipule le lecteur à loisir. Il fait monter crescendo la tension, et ce jeune maître du suspense tisse tranquillement sa toile. Et des les premiers chapitres, il nous enserre dans celle-ci et ne nous lâche plus. C’est parfaitement mené, captivant et bluffant à la fois

  Le dernier tome de cette  trilogie a imposé Maxime Chattam comme l’un des meilleurs auteurs de thrillers contemporains à non pas douté.

Ah oui, je sais, je vous parle du troisième opus de la trilogie du mal, mais ce titre peut se lire indépendamment des deux autres. Chaque histoire étant indépendante. Le mieux étant de lire la trilogie dans son intégralité. Mais faites comme vous le sentez.

Je vous parlerai bientôt des deux premiers opus, promis

La trilogie du mal

Ce titre réunit ces 3 livres : L’âme du mal ; In tenebris et Maléfices. La trilogie mythique de Chattam réunie en un volume. Des gouffres de l’Oregon aux ruelles sordides de Brooklyn, le mal n’a qu’un seul visage, celui des tueurs en série les plus improbables.

Publicités

10 réflexions sur “Maléfices de Maxime Chatam

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s