Le zoo du pendu de Pascal Basset-Chercot

Lecture d’avant&

9782702118672,0-797050 (1) 9782266141130,0-265261 (1)Le livre :  Le Zoo du pendu  de Pascal Basset-Chercot.  Paru le 1er avril 1990 chez Calmann Levy. 17€50 ; (253 p.) ; 21 x 14 cm. 

Réediter en poche chez pocket le 7 juillet 2005.  (243 p.) ; 18 x 11 cm, 6€

Impression à la demande  Ce titre est toujours disponible en « Impression à la demande » , en format numérique ou en occasion.
Mot de l’éditeur :
L’inspecteur Déveure, que nous avons connu dans Baby Blues (prix Patricia Highsmith, 1987), est en disgrâce avec ses chefs. Il a été envoyé dans une réserve naturelle pour animaux sauvages. Là, il doit surveiller Didi, jeune mongolien de quatorze ans, fils illégitime d’un politicien ambitieux qui a été victime d’un attentat. Dans cet endroit étrange. Déveure fait la connaissance de personnages hauts en couleur, protagonistes miteux, en fin de carrière, ratés un peu fous, jeunes femmes très disponibles…, qui prennent brusquement une autre apparence lorsqu’un homme est découvert à moitié dévoré dans la cage de Ombure, le crocodile. A la suite de quoi, Didi disparaît…
L’inspecteur part en chasse, aidé de son adjoint Granier venu le rejoindre, afin de retrouver l’adolescent et d’éclairer l’atmosphère plus que brumeuse de ce Zoo du pendu. Action, humour, fausses pistes, rebondissements jalonnent le parcours de Déveure qui mène son enquête avec des méthodes qui feraient souvent bondir ses supérieurs.
.
basset-chercot-pascal-catalis (1)L’auteur : Pascal Basset-Chercot a publié sous un pseudonyme trois romans policiers Tout d’abord journaliste à Paris, Pascal Basset-Chercot s’installe en Touraine en 1993 pour se consacrer à l’écriture. Auteur de plusieurs romans aux éditions Fleuve noir, il écrit Baby Blues (Calmann-Lévy), qui obtient le prix Patricia Highsmith en 1988. Ce livre, premier titre de la série «Le Boiteux», sera adapté à la télévision, tout comme Le Zoo du pendu et Le Baptême du Boiteux,avec Audrey Tautou, François Berléand, Tom Novembre et Vincent Winterhalter dans le rôle du Boiteux.

Résumé et avis :

Vous connaissez « le Boiteux » ?
Un flic qui furète partout afin de déterrer les cadavres et les secrets de tout à chacun. Un peu comme un Maigret ou un Columbo. Au flair et à l’instinct…
Ce flic, magnifiquement humain, porte un regard son complaisance sur les dérives de notre société.

Jacques Léger-Boiron, un député en vue, est la cible d’un attentat. Suite à cet épisode inquiétant, l’inspecteur Déveure, dit le Boiteux,  est expédié dans un zoo miteux de province pour surveiller Didi, un petit mongolien de quatorze ans, fils illégitime du député en question.

téléchargement (30) Dans la réserve, il fait très chaud. L’odeur des fauves, des singes et des hyènes est insupportable. L’établissement tourne au ralenti et le personnel n’est guère qualifié. C’est dans ce climat pessant que Didi, qui passe son temps devant la cage aux lions, disparaît le jour même où le gardien africain se fait dévorer par un crocodile.

Le directeur du zoo – grand amateur de boissons alcoolisées – s’en lave les mains. La mission de Déveure commence mal. Les humains en liberté sont plus inquiétants que les bêtes enfermées. Au milieu de cette débandade provinciale et animale, l’inspecteur garde difficilement son flegme… Mais le Boiteux va tout faire pour retrouver son petit protégé malgré les pressions qu’il subit de la part de sa hiérarchie et du propre père de l’enfant. Et tout au contraire ses pressions vont le stimuler car notre héros n’est jamais plus obstiné et perspicace que lorsqu’il est malmené.

Cette nouvelle enquête du Boiteux , toujours en délicatesse avec ses chefs,dévoile les dessous plutôt sombres de la politique. L’auteur joue habillement de l’humanité de son personnage pour porter un regard extrêmement critique sur la société contemporaine. Et grâce à une écriture très personnelle, P. Basset-Chercot renouvelle le genre du roman policier, tout en nous rappelant certains ouvrages de Simenon dans ses descriptions des mentalités de la province française.

Publicités

12 réflexions sur “Le zoo du pendu de Pascal Basset-Chercot

    • Il renouvelle effectivement ce genre de roman policier ancré dans notre terroir, Pascal Basset-Chercot à du beaucoup lire Simenon et il doit sans doute admirer aussi sa façon de dépeindre la société française provinciale. Oui l’auteur a trouvé le juste rythme et le juste ton pour narrer l’ atmosphère de nos belles régions

      J'aime

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s