Un mort de trop de Alexandra Appers

9791091447201,0-2079519Un mort de trop de Alexandra Appers. Paru le 22 mai 2014 chez Ring dans la collection Ring noir. 19€95 ; (262 p.) ; 22 x 14 cm

Quatrième de couverture

À Saint-Amand-La-Givray, il n’y a rien à faire. Et rien à espérer. Surtout quand on est un gosse de vingt-cinq ans et qu’on a un rêve. Celui d’Otis est de devenir tatoueur. Jusque là, il s’exerce sur les chiens et les chats du village, et n’a d’yeux que pour Ella, Lolita paumée et vénéneuse dont tous les mâles des environs convoitent les formes. Entre Ella et Otis, un obstacle de taille : sa mère. Forteresse de cruauté et d’amour, femme abandonnée par ses amants, elle est la patronne de l’Indiana, un bar refuge de la faune locale. Otis voit jour après jour son rêve mourir. Un soir, n’en pouvant plus de railleries, de frustrations, de jalousie, il boit. Plus que de raison. Bagarre, cris. Ella, bousculée, s’effondre. Pour protéger son fils, sa mère cache l’accident, et le corps de la défunte dans la cave de l’Indiana. Désormais il faudra vivre avec la peur au ventre, et une morte sous les pieds.

Thriller psychologique implacable au coeur des montagnes, suspense tendu comme un arc qui vous ligote à votre chaise, Un Mort de trop traverse avec virtuosité la chair d’une cellule familiale vacillante, qu’une tragédie va mener à l’inimaginable. Un huis-clos irrésistible dont l’issue inattendue classe d’emblée l’auteur parmi les maitres du suspense.

&&&&&&&&&L’auteur :  Née en 1974, Alexandra Appers vit toujours dans sa ville natale, Orléans Un Mort de trop est son premier roman.

Résumé et avis :

$&Saint-Amand-la-Givray. Otis rêve de devenir tatoueur et n’a d’yeux que pour Ella, une lolita très convoitée. Sa mère, très protectrice, est la patronne de l’Indiana, un bar local. Un soir, Otis boit plus que de raison : des bagarres, des cris, et Ella chute. Sa mère décide de cacher l’accident et place le corps de la défunte dans la cave du bar.

Un putain de choc. L’auteur, parait-il, se nourrit de littérature anglo-saxonne, de rock et de cinéma. Et, elle a du drôlement digérer les choses, car sa prose les restitue avec brio. Humour noir et atrocités se marient parfaitement sous sa plume. Chaque chapitre porte un titre de chanson, ce qui donne le ton voire le rythme du roman. Ainsi… Alexandra Appers dissèque les relations mère- fils avec un détachement et un recul qui font froid dans le dos. Une écriture aride, sèche voire abrupte renforce l’austérité des relations de cette cellule familiale sous tension qui ne peut que se dissoudre dans une tragédie programmée.  A découvrir de tout urgence.

Publicités

26 réflexions sur “Un mort de trop de Alexandra Appers

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s