Ressacs de David-James Kennedy.

aaaLe livre :Ressacs  de David-James Kennedy. Paru le 9 janvier 2014 aux Fleuve Éditions collection Fleuve Noir. 18,90 € ; (427 p.) ; 23 x 14 cm

Quatrième de couverture

Par une nuit d’orage, dans l’un des derniers hôpitaux militaires de la Côte atlantique, un interne disparaît après qu’un de ses patients a été sauvagement assassiné. Bouleversé par la disparition de son confrère, Tom Castille se lance sur ses traces en même temps que les gendarmes. Bientôt il découvre une chose troublante. Dans cet hôpital, un ancien monastère construit par les Augustins mille ans plus tôt, d’autres disparitions ont eu lieu, dans des circonstances semblables… La route du Dr Castille croise celle de Sophie, une femme au comportement étrange, et celle d’un flic au physique de rugbyman. Ensemble, ils repoussent les limites du possible et remontent dix ans, trente ans, deux cents ans en arrière pour découvrir le secret des mystérieux ressacs du passé.

Parce que c’est là que se trouve la clé, préservée par la roche et l’océan. Parce que ici plus que nulle part ailleurs, personne n’échappe à son destin. Il vous attend, vous guette et finit toujours par vous rattraper…

aaL’auteur : Descendant d’un grand-père irlandais, David-James Kennedy est né en France en 1969 et vit aujourd’hui près de Lille où il est pharmacien. Ressacs est son premier roman.

Extrait :
A 15 h 05 il pénétra d’un pas rapide dans une salle antique et glacée, où faïences jaunies et aciers polis se partageaient l’espace. Résonance des voix, des pas, des gestes. L’absence de fenêtres amplifiait chaque son. La lumière sortait crue des rangées de néons, excessive par endroits, alors qu’une inquiétante pénombre régnait à d’autres. Des tables de métal étroites avaient été repoussées contre les murs de la pièce. Plusieurs poubelles, des éviers, tout un outillage de menuiserie ainsi qu’un égout d’évacuation central. Un véritable atelier de transition avant le voyage où l’ont obtenait l’aveu des corps après le départ des âmes.

Résumé et avis :

aaaaJean-Christophe d’Orgeix, interne dans un hôpital, disparaît mystérieusement. Thomas, interne et ami de Jean-Christophe, mène l’enquête en même temps que la police. Il découvre que d’autres disparitions ont eu lieu dans cet hôpital, un ancien monastère construit 1.000 ans plus tôt. Et notamment celle d’un interne dont l’histoire personnelle est semblable à celle de Jean-Christophe. Premier roman.

aaaaaaDavid-James Kennedy plante son histoire sur la coté basque, cette cote déchirée entre océan et montagne. Et que pour l’atmosphère soit parfaitement en adéquation avec son histoire il y rajoute une tempête et un orage qui vont réveiller nos peurs les plus primitives.

L’enquête est parfaitement maitrisée, le décor magnifiquement restitué. Le Pays Basque se prête merveilleusement bien à cette ambiance poisseuse et suintante. La pluie, la pluviométrie et l’océan , l’élément aquatique, l’eau créent une force obscure et brumeuse qui rend l’intrigue angoissante et palpitante à souhait.

aaaaaNous somme en immersion totale, impossible de sortir la tête de l’eau. Notre souffle est devenu court.

Et on suit et on s’attache au personnage de Tom comme un un naufragé à sa planche de secours.

Bref voici dans un premier roman qui se lit avec énormément de plaisir et qui rempli à merveille son rôle de thriller. Toutes les promesses que l’on pouvait attendre de ce titre sont tenues. Un nouvel auteur qu’il va falloir surveiller.

Lire le début ICI

a

Publicités

16 réflexions sur “Ressacs de David-James Kennedy.

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s