Ces dames du noir 1 : Conversation entre une libraire et une bibliothécaire.

Ces dames du noir-haida

Depuis trois mois je vous abreuve de retours de lecture. Certains, d’entre vous, trouvent que c’est trop. Ils n’arrivent pas à suivre…Mais cela fait tellement longtemps que je rêve ce blog.

Alors pour ne pas tous vous saturer, hein Vincent, je vous propose une nouvelle rubrique. Je vais essayer de vous présenter « ces dames et le polar ».

Conversation entre une libraire et une bibliothécaire

11216465_10206890763256882_1800935897_nEt pour la première c’est Lucie Merval qui a, gentiment, accepté de jouer les cobayes.

Lucie a tellement de casquettes que cela m’a paru une évidence : libraire, chroniqueuse, passionnée de roman policier, grandes lectrices…..

Lucie est Libraire depuis 2009 en Seine Maritime près de Rouen

Voilà, ça a commencé comme ça

-Salut ma belle. Tu serais partante pour une petite interview pour mon blog ? Des bises et bon dimanche

– Coucou ma Geneviève,

Rooohh mais c’est trop d’honneur ! Une interview rapport à quoi ? Oui, pourquoi pas
Merci .  J’attends de tes nouvelles.

Bon dimanche. Gros bisous

-Bien, comme fan de polar et un peu libraire quand même. Tu me raconteras comment tu es tombée dans la marmite

– Yeeessssssssss. J’attends tes questions
Merci !!!

-J’aimerai plutôt que ce soit un peu comme un dialogue, genre entre la libraire et la bibliothécaire …. Tu en penses  quoi ?  C’est moins figé que des questions déjà toutes prêtes auxquelles tu risques d’avoir déjà répondues à la question d’avant, non ?

– Oui, ça peut être intéressant. Dis-moi comment tu veux procéder. Je vais me refaire un café pour être au top hihihi.

Aller place à une …
Conversation entre une libraire et une bibliothécaire.

Geneviève ( GVL) : Alors Lucie, comment on décide de devenir libraire quand en est petite fille ?

Lucie (LM) : Petite fille, je ne pensais pas devenir libraire. J’ai toujours aimé les livres mais ce n’était pas encore devenu une évidence pour moi. J’avais d’autres projets… Une rencontre a changé ma vie quand j’étais étudiante et là, ça été la révélation !

 GVL :Mais avant de me raconter cette rencontre, les livres étaient-il présent dans ton enfance.

Lucie :

Oui, dès toute petite, ma mère m’a transmis son amour des livres. J’ai commencé à récupérer toutes ses livres et puis au fur et à mesure, avec les années, à faire mes propres choix littéraires. J’adorais les vides greniers pour trouver les club des cinq, les six compagnons qu’il manquait pour compléter ma collection…

GVL :

Club des 5, Les 6 compagnons, voilà des lectures que nous avons en commun. Donc tu baignes dans les bouquins, mais après, quelque direction prends-tu ? Que veux faire la Lucie adolescente ? Le livre a-t-il toujours aussi d’importance ?

Lucie :

Le Club des cinq, les six compagnons, ce sont des incontournables intemporels ! Le livre était toujours présent au quotidien, des classiques, des romans policiers, des essais… Mais il faut plancher sur les devoirs, sur l’avenir… Et puis d’autres loisirs… J’ai su assez vite dans quel domaine m’orienter même si comme tout ado, j’ai hésité quelques temps, et je crois…

11225560_10206891304710418_877509574_n

Une petite partie de la bibliothèque de Lucie… Elle ne nous mentait pas quand elle disait vouloir entrer dans la police, petite fille…

que ce que je vais dire ne va pas trop te surprendre chère Geneviève, je voulais passer les concours de police ou travailler dans les métiers de justice…

GVL :

Alors les études, tu as eu quoi comme parcours ? D’abord du droit sans doute ? Et puis, cette rencontre ? Cette mystérieuse rencontre?

Lucie :

En effet, des études de droit. Passionnant mais il faut s’accrocher, travailler sans relâche et je me suis peut être un peu trop relâchée par moments, hihi. Cette rencontre, elle s’est faite autour d’un livre (Bizarre, non ?). La lectrice que j’étais a rencontré la libraire de ses rêves, celle qui sait partager avec passion et émotion ses lectures. Tout est né autour de la passion des mots mais cette rencontre a évolué au fil des ans en amitié solide et durable. Rencontrer cette femme, entrer dans son univers, a changé le cours de ma vie…

GVL : Alors du coup, tes études tu les as fait changer de direction ? Elles ont pris laquelle ? Devient-on libraire juste par passion?

Lucie :

On ne peut pas dire que j’ai changé de direction mais j’ai commencé à travailler dans le commerce en parallèle de mes études. Le contact humain au quotidien m’a plu. De fil en aiguille, s’impose l’idée de conjuguer le commerce avec ma passion du livre. Une formation dans les métiers du livre s’imposait. Je pense que la passion est un bon moteur mais ne suffit pas. Il faut aussi avoir des connaissances sur le circuit du livre, la gestion… Je suis passée par le centre de formation aux métiers du livre, Profiile, dans le Calvados Il offre une formation professionnelle et continue qui s’inscrit dans des activités liées au livre. La formation théorique est émaillée de stage en librairie.

Le libraire qui passe sa journée à lire est un mythe !

 GVL : A mince, moi qui prévoyais une reconversion pour avoir du temps pour lire, c’est foutu, alors ? Le quotidien du libraire ressemblerait-il a celui du bibliothécaire ?

Lucie

Il semblerait que nous ayons beaucoup de points communs Je te retourne la question, Geneviève, pourquoi la bibliothèque et non pas la librairie ? Quel est ton parcours ?

GVL

Il est chaotique avant de me décider à passer un concours pour être bibliothécaire…

Sinon miss Lucie, tu fais des études « métier du livre », comment tu passes de la vente à la librairie ?

  Lucie :

Tu me raconteras un jour en privé … Cela fait plaisir de voir que nous sommes animées par la même passion, et que nous avons décidé de la transmettre chacune à notre manière !
Tout a été assez simple finalement. Ma formation en poche, j’ai postulé un peu partout en France, dans tous types de structures, je n’ai pas mis longtemps à décrocher l’emploi que j’occupe actuellement. Et cerise sur la gâteau, en obtenant la charge du rayon roman policier !

 GVL : Promis, je te raconterai…un jour. Et merci pour la transition; le roman policier, nous y voilà… Alors justement le polar, comment tu es tombée dedans ?

 Lucie : Comme je le disais précédemment, je crois que mes premières incursions dans le domaine sont les fameuses bibliothèques vertes et roses, qui ont accentué mon goût de l’aventure et du mystère. Après, il y a eu Madame Christie, la reine du crime. J’ai aussi beaucoup lu de M.Higgins Clark et de P.Cornwell. Et en 1998, le livre qui me fout une grosse claque, qui me fait découvrir le thriller : Les rivières pourpres de Jean-Christophe Grangé.

 GVL : C’est toi qui a choisi le rayon polar où c’est un pur hasard ? Tu lisais du polar pour le plaisir, maintenant tu es une passeuse d’émotion, jusqu’où t’a menée le polar ?

 LM : Je voulais absolument travailler en librairie. Si cela avait été un autre rayon, je n’étais pas contre. Disons que j’ai eu la chance, ils cherchaient quelqu’un qui avait des connaissances en roman policier donc il fallait saisir l’opportunité. A l’époque, je faisais déjà des chroniques sur Zonelivre.fr et tout s’est intensifié au fil des années, mes connaissances dans le domaine, les rencontres faites lors des salons, cette envie d’en découvrir encore plus et de transmettre des émotions à mon tour…

 C’est un travail au quotidien, et tous les jours réservent encore de nouvelles surprises, de nouvelles découvertes…On aura jamais assez d’une vie mais tant qu’il y a la volonté…

GVL : Ah c’est marrant ça, J’étais persuadée que ta fonction de chroniqueuse était arrivée après. Je sais que tu vis pleinement ton engagement. Même tes vacances sont consacrées au polar. Avoue ?

 LM :

Et non, j’étais chroniqueuse avant d’être libraire mais quand je regarde un peu dans le passé, mes articles actuels sont un peu plus constructifs que ceux postés il y a 5 ans, la maturité sans doute hihihi. J’avoue, je suis coupable ! Je suis une dingo qui adore bourlinguer aux quatre coins de la France pour aller à la rencontres des auteurs, éditeurs, libraires, blogueurs… Et puis, tu le sais aussi bien que moi Geneviève, on se marre bien !

 GVL : Oui, mais chut on nous écoute. Ta rencontre, non pardon tes rencontres les plus marquantes ? Auteurs et autres….

 LM :

Il y en a tellement, je ne peux pas toutes les citer. J’ai beaucoup de respect pour ces écrivains qui nous embarquent dans leurs histoires, dans leur monde… Derrière chaque auteur, il y a un homme ou une femme, et là ce sont parfois de belles rencontres humaines. Pareil pour les potes lecteurs que tu as plaisir à voir à chaque salon. Cela peut se transformer en belle amitié. Tu n’en sauras pas plus mais sache que ce salon du livre avec toi Geneviève, c’était vraiment trop cool !

 Allez, finalement, je vais t’en livrer une… Ma première rencontre avec Maxime Chattam, c’était en 2006, mon premier salon… J’étais rouge comme une tomate et je bafouillais, l’horreur… Je me suis soignée depuis

 GVL : Bon, tu me dis si cette conversation va trop loin. Profites-en pour répondre à une question que je ne t’aurais pas posée ?

 Lucie :

Non, ça va pas trop loin, c’est juste que c’est vrai qu’ils sont trop nombreux et je ne veux pas faire de jaloux hihihi, et puis je suis un peu pudique… Je crois qu’on a bien fait le tour mais n’hésites pas si tu as d’autres questions. Et puis, moi aussi, je peux t’en poser si tu veux.

 GVL : Allez tu as le droit à une, vas y ?

Bon sinon racontes nous aussi comment tu participes à un comité de lecture, enfin je crois d’une maison d’édition ?

Lucie :

Dis-moi Geneviève, comment trouves-tu le temps de faire tout ça ? Bibliothécaire, le blog, ton investissement auprès de Richard pour les balais d’or, les salons… Tu ne dors pas la nuit ? Je constate que toi aussi, tu es très engagée.

GVL : Je suis comme toi, Lucie « Passionnée ». Et effectivement ma journée n’est pas assez longue pour faire tout ce que je voudrais faire. Et j’ai longtemps très peu dormi. Et puis j’avoue j’adore mon rôle de prescriptrice

Mais alors ton incursion dans le monde de l’édition ?

 Lucie :

Les journées pas assez longues, comme je te comprends ! On doit vivre les choses à peu près de la même manière
Je fais aussi partie d’un comité de lecture, il s’agit de lire des manuscrits, juger leur qualité stylistique, l’intrigue, si cela peut coller à la ligne éditoriale ou à la collection. Chaque personne du comité vient avec son bagage personnel, ne va pas relever les mêmes points. On fait un compte rendu détaillé à la fin. C’est une activité que je pratique de manière aléatoire car les journées et soirées sont déjà bien remplies. Je suis plus branchée par l’aspect communication autour du livre que le travail sur le texte, il y a des personnes beaucoup plus compétentes que moi dans ce domaine.

 GVL : Mais ta passion de lectrice, de grandes lectrices te donne une certaine légitimité, non ?

LM : Peut-être… Donner son avis sur un livre, c’est subjectif, c’est du ressenti. Dans ce genre d’exercice, il y a un vrai côté technique, il faut tout décortiquer, les structures de phrases, la conjugaison… Il faut être super calé dans le domaine, c’est un métier à part entière. Je suis parfois la première à faire d’horribles fautes (hihi). Je fais donc au mieux avec ce que j’ai !

GVL : Et puis aussi comme cela : les  » derniers polars que tu es lus. Et 3 incontournables, et  » coups de coeur.

 Lucie : Pour les trois polars que j’ai beaucoup aimé (coups de coeur) ces derniers temps :

« Le gardien invisible » de Dolores Redondo,

« Le bourreau de Gaudi » de Aro Sainz de la Maza,

« Maman a tort » de Michel Bussi

Sans titre

Une petite partie de mon chez moi

GVL : 3 incontournables ?

Lucie :

« Les rivières pourpres » de Grangé (c’est obligatoire hihihi)

« in tenebris » de Maxime Chattam

En voilà 2

 « le silence des agneaux » de thomas Harris

 Sans titreo

GVL : Punaise le thriller te tient là ?

Lucie : C’est vrai. Mais je suis en train de muer, je vire roman noir, roman policier écrit par des flics en ce moment hihihi

Et puis des envies d’ailleurs, de découvrir d’autres pays, d’autres cultures…

GVL : Bref tu deviens moi, en mieux

Lucie : J’ai envie de goûter à toutes les formes de noir, de tous horizons mais les journées ne sont pas assez longues !

GVL : J’ai trouvé la parade, je lis surtout des premiers romans

Tu vois sur les 3 coups de coeur que tu me donnes il y a 2 premiers romans ou des premières traductions en français

Lucie : J’adore les premiers romans aussi ! Même si parfois il y a des maladresses, il y a des idées neuves. Et puis après, il y a des auteurs qu’on suit…

Je ne  m’en sortirai jamais mouaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhh

GVL : ça c’est le plus dur, mais j’aime cette découverte.

Je serai passé à cote de Michel Bussi si je n’avais pas lu Omaha Crimes

 Lucie :

Honte sur moi, pas encore lu Ma PAL ne se vide jamais hihihi

 GVL : N’achètes que ce que tu es certaine de lire.

Lucie :  J’ai du mal à résister à la tentation hihi

 GVL : Comme je te comprends.

Bon tu es certaine que tu n’as plus rien à me dire sur toi et le polar ?

Même pas un petit mot de la fin ?

Lucie : Le mot de la fin mais bien sûr, quelle blonde je suis…

 Donc un grand, grand merci à toi pour cet échange et pour la passion qui t’anime. Bibliothécaire, libraire, même combat tant que le feu nous anime… et merci aux écrivains de nous fournir d’aussi noires matières !

  GVL : Merci Lucie pour ces 3 heures passée ensemble. Tu seras la première « dame du polar », on fêtera ensemble les 3 mois du blog. Un grand privilège pour moi

 Lucie :Un GRAND Merci à toi ! C’était super sympa. 3 mois, c’est génial et ça va continuer encore longtemps !!!

Fin de la conversation
Enfin presque…
GVL : Bon dis moi, on se revoit bientôt, hein ?
 LM :J’espère bien ! Tu viens à Polar à la Plage ?
GVL : Aïe, difficile pour moi de me rendre dans les salons, pourtant je l’adore celui-là
LM : Mince. On trouvera un autre moment. Je ne suis pas sans revenir en région parisienne
Publicités

27 réflexions sur “Ces dames du noir 1 : Conversation entre une libraire et une bibliothécaire.

  1. Vraiment très amusante, cette petite conversation entre dames. Je vous imaginais, autour d’une tasse de thé et quelques petites douceurs. Par moments, j’avais l’impression d’être indiscret, tant la conversation avait un côté intime.
    Bravo à toutes les deux, vous êtes super! Et à très bientôt à St Maur! 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Merci de partager avec nous cet échange. C’était très vivant et très agréable à lire. Et puis cela nous rappelle que derrière un blog et le partage des lectures, il y a toujours des individus des des goûts, des parcours différents…

    Aimé par 2 people

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s