House of card de Michael Dobbs

1408-house-cards_3Le livre :

House of card de Michael Dobbs. Traduit de l’anglais (Grande-Bretagne) par Frédéric Le Berre
Paru le 20 août 2014 chez Bragelonne.  20€ ;(406 p.) ; 24 x 16 cm
4e de couv :
Francis Urquhart est au fait de tous les secrets des partis politiques – et il est bien décidé à s’en servir pour devenir Premier Ministre.
Mattie Storin, elle, est une jeune journaliste d’investigation aux dents longues, qui relève le défi le plus excitant de sa vie en découvrant un scandale financier impliquant les plus hautes sphères. Pour révéler la vérité, elle aussi est prête à tout…
Un monde secret de vénalité, de corruption et d’insatiable ambition dans les coulisses du pouvoir.
Extrait :
La vérité est comme une bouteille de bon vin. C’est souvent dans le coin le plus sombre et reculé d’une cave qu’on la trouve. Il faut la tourner un peu à l’occasion. Et puis, avant de l’exposer à la lumière et de la servir, il peut également être utile de la dépoussiérer un peu.

L’auteur :1408-dobbs_3Michael DOBBS Né en Angleterre en 1948, Michael Dobbs a été journaliste politique pour le Mail on Sunday comme pour la BBC, avant de rejoindre la sphère politique aux côtés de Tatcher et Major. Il est également l’auteur à succès de nombreux romans politico-historiques. House of Cards a inspiré la série américaine à succès du même nom, produite par David Fincher.

Résumé et avis :

p01l7hx1Francis Urquhart, chef de la majorité parlementaire, s’apprête à trahir des secrets politiques pour devenir Premier ministre, alors que l’ambitieuse Mattie Storin, journaliste, vient de découvrir un scandale financier majeur.

Roman anglais datant des années 80 (détail qui a son importance : pas de smartphone, de hackers, de gadgets technologiques) qui a servi de modèle à la désormais célèbre série House of Cards diffusée par Netflix avec Kevin Spacey. L’histoire se passe donc à Londres et non pas à Washington. Michael Dobbs, à été le conseiller de Margaret Thatcher à son arrivée au 10, Downing Street. C’est bel et bien Margaret Thatcher qui lui a inspiré l’écriture de se roman de politique fiction. Il dévoile un monde d’intrigues et de complots. C’est noir, cynique, et presque drôle si on en oubliait combien c’est vrai.

Extrait 2 :
Il est toujours bon pour un homme politique d’avoir une vision. Oui, la fameuse « vision ». Avec elle, à tous les coups on gagne. Bien pratique, n’est-ce pas ? Et pourquoi cela, me direz-vous ? Et bien, parce que par temps clair et dégagé, la plupart des politiciens voient loin, très loin… Pour tout dire, j’en connais qui arrivent presque à voir jusque de l’autre côté de la Tamise.
Publicités

26 réflexions sur “House of card de Michael Dobbs

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s