Une putain d’histoire de Bernard Minier

9782845637566,0-2576246Le livre : Une putain d’histoire de Bernard Minier. Paru le 23 avril 2015 chez XO .  21,90 € ; (520p) ;  24 x 16 cm

4e de couv :

Une île boisée au large de Seattle…
 » Au commencement est la peur.
La peur de se noyer.
La peur des autres,
ceux qui me détestent,
ceux qui veulent ma peau.
Autant vous le dire tout de suite :
Ce n’est pas une histoire banale.
Ça non. c’est une putain d’histoire.
Ouais, une putain d’histoire…  »                                                                     Un thriller implacable

L’ auteur : Bernard Minier par lui mêmetélé(3)

1960 : Fiat lux. Naissance  à Montréjeau au pied des Pyrénées
1967/68 : lecture à haute voix de Robinson Crusoé par une maîtresse remplaçante en fin d’année scolaire et révélation immédiate : « je veux écrire ».
Mai 1968 : pas de barricades à Montréjeau, Haute-Garonne.
1969 : invente un jeu pour cours de récréation baptisé le Rampeur : succès immédiat.
1970 : lecture de Bob Morane, Tintin, la Marque Jaune, Edgar Rice Burroughs, Jules Verne, Lucky Luke, Pim Pam Poum. Premières BD, premiers textes.
1974 : San Antonio, le Grand Meaulnes, H.G. Wells.
1976 : Isaac Asimov, Philippe Druillet, Moebius, Philip K. Dick, Conan Doyle, Charlie Hebdo. Assassine ma première victime (de papier).
1979/1980 : premier concert rock ; ACDC à Muret, banlieue de Toulouse, avec Bon Scott.
1981 : tel Diogène dans son tonneau, observe avec circonspection la liesse populaire, ayant lu Camus, Pasolini et quelques autres. Lis William Styron, Grass, Thomas Bernhard.
1982 : déjà des dizaines de textes tapés à la machine dans mes cartons, pars pour l’Espagne façon Kerouac : sex, drug & San Miguel. N’en suis jamais tout à fait revenu. Lis Camilo José Cela, Sabato, Ortega y Gasset, Neruda, Cervantes.
1984 : débarque à Paris. Lis John Le Carré, Ellroy et Lieberman. Entre dans les Douanes.
2011 : parution de Glacé.

Extrait
 » Je ne retournerai jamais sur l’île. Même si Jennifer Lawrence en personne venait à sonner à ma porte et me suppliait d’y retourner, je ne le ferais pas. Autant vous le dire tout de suite : ce que je vais vous raconter va vous paraître incroyable. Ce n’est pas une histoire banale, je lui dis. Ça non. C’est une putain d’histoire. Ouais, une putain d’histoire… Une vision à présent, pour vous mettre comme qui dirait en appétit : une main émergeant de l’abîme, tendue vers le ciel, pâle, doigts écartés, avant qu’elle ne s’enfonce définitivement dans les flots.
Le vent du large rugit autour de moi, la pluie et les embruns me cinglent tandis que je nage et m’éloigne de cette main spectrale – que je nage, tente de nager, soulevé, emporté par les vagues, les creux de trois mètres, les crêtes écumantes, vers la pointe de l’île, toussant, hoquetant, grelottant – à demi noyé. »

Résumé et avis :

Une sombre histoire où le danger n’est pas celui que l’on croit et où l’intimité est une illusion. Le narrateur commence par évoquer le moment où il nage vers la pointe de l’île, en pleine tempête, sous le choc de la vision de cette main spectrale qui a émergé des flots avant de s’y abîmer définitivement. Publié au Canada sous le titre Et il ne restera plus rien.

Une fois n’est pas coutume, mais là je ne vois pas comment faire autrement…

J’ai pas l’habitude de vous parlez du quatrième roman d’un auteur à succès. Car c’est bien de ça qu’il s’agit, cet auteur, en moins de temps qu’il n’en faut, à conquis son public dés son premier titre. Il faut dire que Glacé a été, tout de suite, un coup de cœur de mes collègues bibliothécaires, il a fait l’unanimité même auprès des plus littéraires. En 4 ans et 4 livres, cette nouvelle plume sait fait une place de choix chez les polardeux, et ce n’est que le début.

Mais cette fois, à mes yeux, il fait encore plus fort. N’en déplaise au grincheux, ceux qui n’aiment que la littérature noire, ceux qui pensent d’un auteur français de thriller ne sais pas écrire. Bernard Minier, je le dis tout de go, est un putain d’auteur.

Cette fois, il nous propose un one shot, on ne retrouvera pas ses personnages récurrents qui ont fait son succès. Non, pas de commandant Martin Servaz, son flic solitaire et perfectionniste. Ici, on repart de zéro. Mieux, on change de continent et on traverse l’atlantique. On traverse toute l’ Amérique et on se retrouve dans l’état de Washington, entre Seattle et Vancouver. Presque à la frontière
snugcoveCanadienne et la belle province de Colombie britannique. On va découvrir Glass Island, une île grise, pluvieuse, boisée d’une forêt dense, avec sa montagne obscure, une île escarpé balayée par les vagues déferlantes du Pacifique nord. C’est un territoire sauvage,où on peut croiser des orques le long de sa cote. Et là vit Henri un ado de seize ans.

images&Bernard Minier s’est glissé dans la peau  de cet ado de seize ans. Il est le narrateur de cette histoire qui parle à la première personne. Henri a été adopté et élevé par deux maman. Sur l’île où il est arrivé, il vit avec les potes, Charlie, Johnny, Kayla et Naomi. Et comme tous les ados il aime le cinéma, surtout les film d’horreur, les film gore, il aime la musique et surtout Nirvana et il aime aussi Naomi. Mais celle-ci veut prendre un peu de recul et après une dispute d’amoureux, les deux jeunes gens se séparent. Le lendemain Noami est retrouvé morte sur la plage de l’île.  Pour Henri, c’est le choc. En plus il est le premier suspect du sherrif local. Alors avec ses amis, il va chercher à faire éclater la vérité.

télét (3)Vous l’aurez compris Bernard Minier nous offre un huit clos implacable, l’insularité y est propice. Les paysages somptueux de Glass Island sont le décor parfait pour créer une ambiance pesante, lourde et angoissante. Et puis il y a le passé de Liv et France, les deux mère d’Henri qui n’est pas si clair que ça. Et Henri, lui aussi, aimerait connaitre son passé, ses origines. Sa question identitaire est plus que légitime.

En plus d’être un thriller impeccable, une putain d’histoire est aussi une réflexions sur la quête d’identité mais aussi un questionnement sur notre monde hyper-connecté. Car malgré son insularité de Grace Island n’est pas totalement coupée du monde. Elle m’échappe pas à notre façon de vivre avec internet, d’exposer au grand jour notre vie privé. Et puis, on le sait, ce monde hyper-connecté connait des dérives. Nous en avons eu des exemples malheureux ces derniers mois. Tout ceci donne encore plus de résonance à ce livre qui trouve un écho particulier dans notre actualité immédiate.

Bernard Minier se fait le chancre du tout numérique . Il a une vision pessimiste de ce monde où le développement de certaines technologies va à l’encontre de nos liberté individuelles. Pour autant, il nous offre un page turner terriblement efficace. Car ses 520 pages se lisent presque d’une seule traite. C’est parfaitement construit, d’une maîtrise totale, c’est judicieusement amené et c’est implacable. Une pure réussite. Une vrai putain d’histoire. Foi de porte flingue. lighthouse (1)  

Publicités

38 réflexions sur “Une putain d’histoire de Bernard Minier

  1. Bon, chef, tu seras contente, je l’ai !!! Yvan, tes actions vont remonter !
    Mais je vous déteste tous les deux, hein, l’oubliez pas !! 😀

    PS ; mon œil de lynx ne voit pas tout, mais ça, ça a pas loupé « Elle m’échappe pas à notre façon de vivre »… moi, je verrais mieux un « n » apostrophe au lieu du « m », non ? 😛

    J'aime

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s