Mon petit tour à Week-End Noir, le salon du polar de Neuilly Plaisance.

17135490035_65f5090281Le week-end dernier la ville de Neuilly-Plaisance s’est habillée de noir.

Et pour le 13e année consécutive, c’est Jean-Hugue Oppel qui était le parrain de cette manifestation.

Ce n’était pas ma première visite à ce salon. Non j’essaie d’y aller régulièrement, pas tous les ans, mais bon presque. Il est vrai que je suis une presque voisine. A vol d’oiseau c’est à un jet de pierre. Mais si vous êtes franciliens comme moi, vous savez que pour ce rendre de banlieue à banlieue c’est vraiment galère en transport en commun. Alors qu’il me faudrait 15 à 20 minutes en voiture pour m’y rendre, c’est plus d’une heures que j’ai mis pour faire le trajet de moins de 12 kilomètres

Mais bon, une fois sur place, j’ai eu la joie de retrouver quelques amis polardeux et des auteurs toujours aussi disponibles.

Car il y avait du beau monde ce week-end à Neuilly. Voyez plutôt. Je vous les présente par ordre alphabétique, je fais ma bibliothécaire de base :

Claudine Aubrun, Stephanie Benson, Jean-Luc Bizien, Antoine Blocier, Renéé Bonneau, Xavier-Marie Bonnot, Bernard Boudeau, Laetitia Bourgeois, Eléonore Cannone, Gerard Coquet, Christophe Bourgois-Costantini, Florent Couao-Zotti, Hubert de Maximy, Jeanne Desaubry, Ingrid Desjours, Michel Embareck, Gisèle Guillo, Joseph Incardona, Nicolas Jaillet, Nicolas Lebel, Max Obione, Jean Hugue Oppel, Patricia Osganian,Fabrice Pichon, Guillaume Prevost, Romain Slocombe, Gérard Streiff et quelques autres que j’ai du oublier comme Mako pour la BD….
Il y avait aussi Delphine Cingal qui est, à mes yeux, , un peu la maîtresse de cérénomie de ce salon. 

Bien entendu je n’ai pas eu le temps de discuter avec ces 35 auteurs quoi que j’aurai pu.

16511817354_a83c6f2698_nMais alors quelques plaisirs de retrouver ne serait ce que pour quelques fous rires, Nicolas Lebel et Fabrice Pichon, toujours prêts à la déconne. Il y en a quelques autres qui sont prêts à les suivre Ingrid Desjours ,est pas la dernière.   Nicolas Jaillet n’est jamais loin non plus. Il y en a d’autres que l’on soupçonnent moins, mais qui sont eux aussi rester de grands enfants.  J’ai vu traîner quelques photos compromettantes.

17107959176_6f4d569202_nJ’avais aussi envie de revoir Gérard Coquet , un super mec au grand cœur, et un auteur à découvrir. Il est trop peu présent sur les salons. Je l’ai rencontré pour la première fois, il y a quelques mois, lors de la cérémonie de remise des balai d’or et sa générosité, son écoute et son altruisme n’avait touchée, normal que j’aille le saluer, non !

Mais j’étais là surtout, je l’avoue pour avoir le temps de mieux découvrir deux auteurs que j’adore depuis un certain temps et avec qui je voulais faire plus ample connaissance. Deux auteurs, allez savoir pourquoi qui m’en toujours impressionnée et que je n’avais pas eu le courage d’aborder.  Max Obione  et Jeanne Desaubry . Jeanne que j’avais croisée, elle aussi,  rapidement lors de la dernière cérémonie de remise des balais d’or et que je n’étais promis d’aller rencontrer sur un salon. Voilà c’est fait.  J’ai adoré nos papotages à bâton rompu. On a parlé polar bien sur, roman noir, figures féminines et héroïnes de polar mais pas que. Il y a toujours quelque chose de plus personnel dans ces échanges. Pour mieux le comprendre,  lisez Scarelife  de Max Obine et aussi Hosto, Dunes froides et surtout Poubelle’s girl de Jeanne Desaubry , si ce n’est pas déjà fait.

17107816116_798f046553_n17131565932_dfed8bfa50 (1)

Il y a pas si longtemps, Claude Mesplède me disait, il faut pas avoir peur d’aller voir les auteurs. Même si tu as peur d’entamer la conversation, dis leur seulement que tu as lu leur livre et surtout si tu as aimé alors dis le leur.  J’ai écouté Claude Mesplède et je suis allé simplement dire à quelques écrivains présent que j’avais lu certains de leurs polars et que j’avais aimé. Et effectivement, le sourire qui a suivi était lui parlant .

Et puis il y avait  5 polars en compétition pour décrocher le prix du Lion noir 2015.  Les élèves de CM1 et CM2, auss,i ont voté pour un lionceau d’or

Capture

phoca_thumb_l_neuilly-plaisance-avril-2015-salon-du-polar 25

– le prix LION NOIR décerné à Laetitia BOURGEOIS pour son livre « La Fille de Baruch » (éditions 10-18) – le prix LIONCEAU NOIR remis au romancier Clément BOUVIER par les représentants des élèves de 14 classes de CM1 et CM2 de Neuilly-Plaisance pour son roman « Une Nuit d’Angoisse » (éditions Oskar)

16510224744_b0e25209fe

J’en ai donc profité pour aller à la rencontre de la lauréat 2015, Laétitia Bourgeois. J’avais lu, il y a quelques années, ces  premiers polars historique. Et j’avais aimé l’ambiance médiévale de ceux-ci. Nous avons donc parler histoire, moyen-âge, XIVe siècle, grande peste noire, condition de la femme. Ysabellis son personnage féminin est guérisseuse et jouit d’une belle autonomie. Maintenant je comprend mieux pourquoi. Après ce bel échanges, je suis reparti en oubliant le livre que j’avais fait dédicacer. Je suis rentrer chez moi et là oups….Mais normalement tout devrait bien ce terminer… a suivre donc !

Une nouvelle fois, je suis sortie heureuse de ces diverses rencontres. Chacune d’elle m’a rempli un peu plus. Et je comprend mieux pourquoi j’aime ce genre qu’est le polar. Ne dit-on pas « les » littératures policières ? Et cette diversité fait sa richesse.

Un seul bémol pour ce week-end noir, le public n’a sans doute pas était aussi nombreux que les organisateurs l’espéraient. On ne s’est pas bousculé dans les allées, il n’y avait pas foule devant les tables des auteurs contrairement aux dernières années. La crise seule suffit-elle a expliquer cette désertion ?

On va voir le bon coté des choses :  pas de queues infernales à gérer, les auteurs beaucoup plus disponibles pour les amateurs présents. Personnellement j’en ai sans doute un peu abusé. Et j’avoue que cette proximité, qui du coup s’installe entre le lecteur et l’auteur, c’est un vrai plus pour nous simple mortel .

Pour vous faire profiter, vous aussi, de ce beau salon, voici quelques photographies. Elles sont 16512613393_14e99a8f0fquasiment toutes de Delphine Cingal.  Merci à toi, Delphine de les partager ainsi.  Tu me sauves la vie une nouvelle fois, j’étais tellement dans mon truc que j’ai oublié de sortir mon appareil photo.

Une nouvelle fois,oui, car en effet, Delphine m’a déjà sauvé une première fois. C’est elle qui  est allé récupérer le livre dédicacer de Laetitia Bourgeois que j’avais oublié. C’est donc Delphine qui a du le payer à la libraire et c’est encore elle qui va encore me le faire parvenir. Mieux qu’un super héros, une super héroïne. Merci madame.

17130993232_58359588e3

17108358926_85b338676e_n16945142790_a803977b96

16926620577_fe3620f3ce_n 16926489337_656be68ff0_n 16927013347_03e0d789bb_n 16925624197_9b9cc1b7a0_n 17107816116_798f046553_n  16947850969_4beca98ff9_n 16511924664_396e94ec52_n 16948312749_f62a89c720_n

 

Publicités

13 réflexions sur “Mon petit tour à Week-End Noir, le salon du polar de Neuilly Plaisance.

  1. merci pour ce superbe compte-rendu qui devrait faire regretter ceux qui ne sont pas venus !
    Oui rencontrer un auteur est toujours un magnifique moment de partage.
    Pour le peu de monde c’est une autre affaire. Quand on voit que pour une institution comme Quais du Polar chaque année que les chiffres de visiteurs explosent, on ne peut que regretter aussi du peu de curiosité des gens pour des salons moins connus mais pourtant tout aussi enrichissants.

    Aimé par 2 people

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s