Le garde, le poète et le prisonnier de Jung Myung Lee : une découverte de Catherine


Le livre : téléchargement (52).Traduit du coréen vers l’anglais par Kim Chi-Young et de l’anglais vers le français par Eric Betsch. Paru le 17 avril 2014 chez M Laffont. 19,95€ ; (363 p.) ; 25 x 17 cm

4e de couv :

téléchargement (65)

Yun Dong-ju est né le 30 décembre 1917 en Mandchourie dans une famille chrétienne et mort le 16 février 1945. Son père s’opposant à son rêve de devenir poète, il fuit la maison parentale et part étudier les lettres à l’école Yonhui (aujourd’hui l’université Yonsei) à Séoul.

Séoul. Pénitencier de Fukuoka, Japon, 1944. Dans ce sombre lieu dont peu sortent vivants, le gardien Sugiyama, réputé pour sa cruauté bestiale, vient d’être assassiné. Le jeune conscrit Watanabe est chargé de l’enquête ; mais à peine l’a-t-il commencée qu’un détenu coréen, communiste et résistant, s’accuse du crime. Pourtant, Watanabe ne croit pas à sa version des faits et décide de poursuivre ses investigations malgré les ordres. En reconstituant les derniers mois du gardien, il met au jour l’étrange relation qui s’est nouée entre la brute Sugiyama et Yun Dong-ju, un jeune poète coréen condamné pour «écrits séditeux». Alors que la guerre fait rage et que les bombes pleuvent sur Fukuoka, Watanabe mettra tout en oeuvre pour protéger Yun Dong-ju, dont les vers sont si purs qu’ils brisent le plus dur des coeurs. Mais il devra affronter un complot qui dépasse largement l’enceinte de la prison…

Inspiré par la vie du poète Yun Dong-ju, adulé en Corée, Le Garde, le Poète et le Prisonnier est à la fois un huis clos fascinant et un plaidoyer passionné pour le pouvoir de rédemption de la littérature.


th (33)
L’auteur : Lee Jung-Myung est l’un des romanciers les plus populaires de Corée, auteur des best-sellers
Deep Rooted Tree (meilleur livre de l’année en 2006) et Painter of the Wind, tous deux adaptés pour la télévision. Le Garde, le Poète et le Prisonnier est son premier roman traduit en français.

Extrait : « Un dédale de papier m’attirait à l’arrière de la boutique. Je me terrais dans les égouts de Paris, à la veille de la Révolution, et je faisais la connaissance d’une femme dans la Sibérie glaciale et enneigée. Je m’aventurais dans le monde des héros et des dieux et visitais une île isolée, où était emprisonné un prince détrôné. « 

Avis et résumé :

Premier roman traduit en français de Lee Jung Myung, l’un des romanciers les plus populaires de Corée. L’intrigue policière (le meurtre d’un gardien de prison violent) et l’enquête qui va suivre ne sont qu’un prétexte à la découverte d’une période de l’histoire méconnue en Occident (la Corée envahie par le Japon pendant la seconde guerre mondiale) et surtout d’un poète qui est resté une référence voire une idole en Corée, Yun Dong-Ju.

Situé dans le pénitencier de Fukuoka, au Japon, en 1944, à la fois thriller historique, huis clos et hommage au poète Yun Dong-ju, qui trouva la mort à Fukuoka à l’âge de vingt-sept ans, Le Garde, le Poète et le Prisonnier est un plaidoyer passionné pour la littérature et son pouvoir de rédemption.

Attention, ce roman ne se laisse pas apprivoiser si facilement, il s’agit de littérature coréenne (et de grande littérature), le rythme est lent, entrecoupé de poèmes et de référence littéraires, l’intrigue est
complexe, les flash-back nombreux. Au point que par moment on peut être tenté de suspendre la lecture. Mais la magie de ce livre, justement, c’est qu’on y revient, et qu’une fois refermé on reste imprégné de son atmosphère à la fois violente et poétique, triste et joyeuse. Un style magnifique, et vous ne verrez plus jamais les cerf-volants de la même façon. Une belle découverte.

Extrait :
« Je le tournai vers le mur où était écrit en bleu marine : « Ciel, vent, étoiles, poésie ». Il esquissa un sourire, le même sourire que je lui avais vu lors de notre première rencontre, le même sourire qui embellissait son visage en temps normal. Mais à présent, tout lui avait été retiré. J’étais le seul à savoir qui il avait été. C’était un enfant d’une nation morte, un garçon qui avait vécu dans une maison avec un prunier et des mûres dans le jardin, et que le ciel reflété dans le puits avait comblé de joie, un enfant qui avait levé les yeux vers la croix penchée au sommet d’un haut clocher, attristé que sa patrie ait disparu, un adolescent qui avait aimé Tolstoï, Goethe, Rilke et Jammes, qui avait rapporté dans sa pension un livre précieux acheté dans une librairie miteuse, avec l’impression d’avoir conquis le monde, un jeune homme studieux qui avait lu cet ouvrage toute la nuit, l’auteur de brillants poèmes que personne n’avait jamais lus, quelqu’un qui aimait suivre un chemin tortueux, un garçon qui avait aimé une fille sans jamais le lui avouer, un homme dont le pays avait été colonisé et dont l’âme, bien que déchirée par cette ère sombre, avait continué d’émettre des étincelles, un voyageur qui était parti de chez lui et avait embarqué sur un navire pour étudier à l’étranger dans une pièce à six tatamis, un jeune homme qui attendait l’avènement d’une nouvelle époque, un contrevenant menotté pour avoir écrit des poèmes dans sa langue maternelle, un fils songeant avec nostalgie à sa mère restée dans la lointaine Mandchourie, un détenu redoutant le clairon signalant l’imminence de l’aube, dans cette prison glaciale, et maniant le cerf-volant quand le vent soufflait, un homme qui avait toujours eu le sourire aux lèvres. »
Publicités

8 réflexions sur “Le garde, le poète et le prisonnier de Jung Myung Lee : une découverte de Catherine

  1. J’ai commencé mon exploration de la littérature coréenne (une de mes filles y fait ses études) et ce livre-là est dans ma PAL. Je n’ai pas commencé par celui-là en matière de thriller-policier (mais par « Ma mémoire assassine » : très bon) parce qu’il me semble assez complexe et que j’ai souvent des difficultés à entrer dans la littérature asiatique. Mais je vais le lire.

    Aimé par 1 personne

    • Je confirme c’est pas simple de renter dans cette littérature. J’ai eu moi aussi du mal et pourtant ma collègue n’avais prévenu. Mais pour mes insomnie, ça a été parfait 😉 . je vais regarder du coup de plus près m »Ma mémoire assassine ». Intriguée du coup, je suis. 🙂

      J'aime

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s