L’ombre de Stephen Lloyd Jones

téléchargement (37)Le livre : L’ombre de Stephen Lloyd Jones. Traduit de l’anglais par Pierre Szczeciner. Paru le 15 janvier 2015 chez Super 8 éditions. 19€ ; (535 p.) ; 20 x 14 cm

 4e de couv :

Elle fuit. Elle est terrifiée. À l’arrière de la voiture, sa fille de sept ans dort paisiblement. Sur le siège passager, son mari se vide de son sang. Lorsqu’elle arrive de nuit à Llyn Gwyr, une maison de campagne perdue dans les montagnes arides du pays de Galles, Hannah Wilde sait que plus rien ne sera jamais comme avant : sa mère est morte, son père a peut-être subi un destin pire encore, et l’implacable prédateur qui s’attaque à sa famille est désormais à ses trousses. Dans le coffre de sa voiture, une liasse de carnets, noircis par divers protagonistes, à de multiples époques, dans des langues différentes. Tous évoquent le même sujet. Une ombre. Un tueur dénommé Jakab, capable de revêtir à la perfection l’identité de n’importe qui.

Hannah sait maintenant que les apparences sont trompeuses. Elle ne peut plus, elle ne doit plus faire confiance à personne. L’heure de l’affrontement est venue.

La littérature est encore capable d’accoucher de monstres inoubliables : Jakab est vivant, et il ne ressemble à rien de ce que vous avez pu connaître. Évoquant les premiers romans de Stephen King, L’Ombre allie l’élégance racée du roman gothique à l’art du thriller le plus contemporain. Stephen Lloyd Jones signe ici, avec un sens consommé du suspense, un roman magistral, qui vous fera douter jusqu’à la dernière page.

AVT_STEPHEN-LLOYD-JONES_7376L’auteur : Stephen Lloyd Jones  est né en 1973 et a grandi dans le Hampshire et vit à Londres.
Il dirige une importante agence de communication londonienne. L’Ombre est son premier roman. 

téléchargement (36)

Résumé et avis

Ne faites confiance à personne.
Elle ne peut faire confiance à personne. Elle ne doit faire confiance à personne. Désormais elle ne peut plus fuir, et sa seule issue est d’affronter Jakab, un ennemi dont elle ne connaît ni l’identité ni le visage. Jakad est un Hosszu elet, un métamorphe. Originaire de Hongrie, cette créature mythique est capable de revêtir à la perfection l’identité de n’importe qui.  Hosszú élet est un mot Hongrois signifiant : longévité, longue vie. 

Mais Jakad, ou Lukàcs Balàzs comme il s’appelait alors, a failli à ses devoirs d’être élu. Il a été déchu et condamné par sa communauté.  Il ne peut que s’exiler et fuir ses pairs. Mais avant de partir, il décide de se venger de l’homme qui lui a ravi sa belle, et alors il n’aura de cesse de poursuivre ses descendants et de les massacrer.

Stephen Lloyd Jones construit son histoire sur deux périodes, il alterne ainsi les protagoniste et les générations. D’une part, on suit Jakad à travers le temps, on remonte la mythologie, on comprend la génèse de cette histoire. Et d’autre part on débute celle ci de nos jour avec Hannah, qui porte sur ses épaules la malédiction familiale. Et on vit à travers elle cette angoise permanente qui confine à la paranoïa.

Tout cela est porté par une écriture fluide et des dialogues alertes.

Aussi,moi, il m’a complètement bluffée. J’ai à nouveau kiffé ce titre de chez Super 8. Ils sont trop fort. Je me suis laissé porter par l’action, sans avoir à réfléchir. Et c’est sans doute cela qui m’a plu. Juste une lecture comme on regarde un bon film, de façon passive. Bref un moment agréable sans prise de tête pour une histoire originale malgré tout. Même si ce premier roman manque un peu de profondeur. Il a la qualité de ses défauts.

Bref une lecture plaisante qui nous fait traversé l’Europe sur un siècle et demi.

De la littérature populaire comme on l’aime mêlant roman gothique, thriller et fantastique.

Un bon page turner sans prise de tête.

Pour lire le début c’est icitéléchargement (35)

Publicités

25 réflexions sur “L’ombre de Stephen Lloyd Jones

  1. pour te dire à quel point je suis à la bourre, il y a un Super 8 que je n’ai pas lu et j’ai honte ! ;-). Mais ça viendra je vais rattraper ce retard inadmissible, maintenant que j’ai lu ton avis qui me fait encore davantage culpabiliser 😉

    Aimé par 1 personne

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s