Les impliqués de Zygmunt Miloszewski

téléchargement (30)Le livre : Les impliqués de Zygmunt Miloszewski. Traduit du polonais par Kamil Barbarski. Paru le 3 octobre 2013 chez Mirobole Editions. 22€ ; (441 p.) ; 20 x 15 cm.

 Extrait : – Bordel, pourquoi personne ne veut comprendre à quoi ressemblait vraiment la Pologne de l’époque ? Je vais te dire : c’était un système totalitaire fondé sur l’asservissement et la répression des citoyens par tous les moyens disponibles. Un système où le dernier mot revenait toujours à l’appareil de la terreur, et tant pis si ça sonne pathétique. L’appareil de la terreur, c’est-à-dire des services secrets qui espionnaient tout le monde, prêts à intervenir à chaque instant.

4e de couv :

Un dimanche matin, au milieu d’une session de thérapie collective organisée dans un ancien monastère de Varsovie, l’un des participants est retrouvé mort, une broche à rôtir plantée dans l’oeil. L’affaire est prise en main par le procureur Teodore Szacki. Las de la routine bureaucratique et de son mariage sans relief, Szacki ne sait même plus si son quotidien l’épuise ou l’ennuie. Il veut du changement, et cette affaire dépassera ses espérances.

Cette méthode de la constellation familiale, par exemple, une psychothérapie peu conventionnelle basée sur les mises en scène… Son pouvoir semble effrayant. L’un des participants à cette session se serait-il laissé absorber par son rôle au point de commettre un meurtre ? Ou faut-il chercher plus loin, avant même la chute du communisme ?

Zygmunt Miloszewski signe un polar impressionnant, où s’affrontent la Varsovie d’aujourd’hui et les crimes du passé.

images (14)L’auteur : Né à Varsovie en 1975, Zygmunt Miloszewski a reçu deux fois le Prix policier du gros calibre pour son oeuvre et est traduit en neuf langues. Les Impliqués est son deuxième roman mais le premier traduit en France. Il a été finaliste du Grand Prix des lectrices de Elle, du Prix du Polar à Cognac et du Prix du Polar Européen.

Résumé et avis : 

Varsovie, 2005. Henri Telak est retrouvé mort lors d’une session de thérapie collective organisée dans un ancien monastère de Varsovie. Le procureur Teodore Szacki est chargé de l’enquête.

 Sous la houlette du docteur Rudzki, quatre patients ont investi l’ancien monastère de la Vierge Marie de Czestochowa. Entre huis clos et jeux de rôles, cette nouvelle méthode de thérapie de groupe, dite «Constellation familiale», ne manque pas d’intensité. Au point qu’un matin, l’un d’entre eux est retrouvé mort au réfectoire, une broche à rôtir plantée dans l’oeil…

Pour le procureur Teodore Szacki, l’expérience est allée trop loin. À moins qu’elle n’ait réveillé un passé enfoui, que la Pologne se tue à essayer d’étouffer…

Un polar polonais c’est une grande première pour moi. En plus un polar qui m’apprend des tas de choses, j’avoue que j’adore.

Avec Zygmunt Miloszewski, on va découvrir la Pologne, son système judiciaire et policier, son histoire récente, la vie quotidienne des polonais et aussi la ville de Varsovie.

Mais les impliqués c’est avant tout un très bon roman policier avec une histoire à rebondissement, des suspects tous plus vraisemblables les uns que les autres. Une arme du crime originale ; pensez donc, une victime tué d’un coup de broche à rôtir dans l’oeil. C’est pas banal. Et puis il y a cette thérapie de groupe que l’on nomme aussi Constellation familiale. C’est une  méthode de thérapie familiale transgénérationnelle, fondée dans les années 90 par Bert Hellinger. Elle met en lumière les conflits personnels et familiaux issus de l’inconscient familial par le biais de jeux de rôles et de psychodrames.

th (2)Et puis il y a le procureur Teodore Szacki, et oui, en Pologne c’est un procureur qui même l’enquête; les policiers ne sont là que pour le seconder. Un procureur qui s’ennuie un peu dans son travail mais surtout qui s’ennuie dans sa vie. Il rêve de liberté, une liberté qu’il n’a pas eu plus jeune alors que la Pologne était communiste. Il aspire comme de nombreux jeunes gens de sa génération a une vie à l’occidentale. Une vie plus facile, où les libertés individuelles seraient respectées

th (6)Rentrer dans les impliqués c’est rentré de plain pied dans l’histoire contemporaine polonaise avec la naissance de Solidarnosc et le régime communiste de l’époque. Et pour ce faire, l’auteur débute chaque chapitre par un petite rappel de l’actualité de l’époque. Le roman se situe en 2005.

Il nous rappelle aussi, les années de luttes ouvrières, les grèves des années 80, la violence de la répression de celles-ci, la police politique, les arrestations arbitraires et les procès expéditifs.

th (3)À l’époque de la Pologne communiste, aucun syndicat indépendant des organismes du pouvoir n’est autorisé. Dans les années 1980, Solidanosc réussit à rassembler un large mouvement social contre le régime communiste en place, impliquant entre autres l’Église catholique. Mais cette dernière non plus ne réponds pas aux rêves d’occident de la jeunesse.

th (5)Enfin, Zygmunt Miloszewski, fait de la capitale polonaise un personnage à part entière de ce roman, il nous ballade dans tout les recoins de cette ville nouvelle, reconstruite après les bombardement de la seconde guerre mondiale. Une ville qui a été défigurée, qui ne ressemble plus à ces capitales européennes pleines de saveurs et chargées d’Histoire. Et, même si son cœur historique à été reconstruit à l’identique le reste de la ville lui est fait de bâtiments typiques d’une ville du Bloc de l’Est. Mais, sous la plume de Moliszewski, elle redevient belle et l’auteur lui redonne une âme.

Voilà pour ce polar original porté par une écriture alerte, et un style résolument moderne.

Une très belle découverte que je vous conseille à mon tour.   th (4)

Extrait : 

Par bonheur, lorsqu’il arriva à la maison, Hela dormait déjà. Il l’embrassa sur le front et l’éloigna du bord du lit. Celui-ci avait beau n’être pas bien haut, il avait toujours peur qu’elle en tombe. Elle marmonna quelque chose dans son sommeil et étreignit son fourmilier en peluche ; la longue gueule de l’animal se tordit sous le coup de cette tendresse inattendue. Il s’agenouilla au pied du lit et observa sa fille. Elle respirait par la bouche, son front était un peu moite et une agréable senteur de pain frais et chaud émanait de son petit corps.
(…) Qu’Hela dormît déjà le soulageait. Dans le cas contraire, elle aurait pu distinguer au fond de ses yeux le reflet de l’histoire qu’il avait été forcé d’écouter plus tôt dans la journée. Est-ce que tout ce qu’il subissait dans le cadre de son travail demeurait en lui ? Est-ce que tous ces meurtres et ces viols tournoyaient autour de lui tel un essaim de guêpes et piquaient chaque personne qui s’approchait de lui ? C’était son angoisse : être un porteur de haine, expectorer les bacilles de l’agressivité, infecter sa femme et sa fille avec tout ce que ce monde produisait de pire. Nul ne soupçonnait encore son existence, mais la maladie finirait bien par se déclarer tôt ou tard.
 
 
Publicités

Une réflexion sur “Les impliqués de Zygmunt Miloszewski

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s